La découverte exceptionnelle d'un bécasseau à échasses américain en baie de Somme

Vendredi 11 décembre, un bécasseau à échasses américain a été découvert pour la première fois au parc du Marquenterre en baie de Somme. Une rencontre exceptionnelle pour les naturalistes. Jusqu'ici, l'oiseau n'avait fait l'objet que de 13 observations en France.

Un bécasseau à échasses américain découvert au parc du Marquenterre vendredi 11 décembre 2020
Un bécasseau à échasses américain découvert au parc du Marquenterre vendredi 11 décembre 2020 © Alexander Hiley

Durant la matinée de 11 décembre, les naturalistes du parc du Marquenterre en baie de Somme ont fait une découverte pour le moins surprenante. Un petit échassier aux pattes verdâtres a retenu leur attention. 

"Le dos bossu et arrondi et la couleur grisâtre clair fait penser à un bécasseau maubèche mais le bec est long et courbé, fin à l'extrémité. Cela fait alors plus penser à un bécasseau cocorli mais celui-ci a des pattes noires, détaille Philippe Carruette, responsable pédagogique au parc du Marquenterre. Nul doute ce n'est pas un bécasseau européen."

Après étude et analyse de son comportement, les naturalistes identifient finalement un bécasseau à échasses américain. Habituellement, l'oiseau vit en Alaska ou au nord de la province canadienne d'Ontario sur la rive sud de la baie d'Hudson. Pour hiverner, il traverse le continent nord-américain et gagne la Bolivie ou l'Argentine. "Certains oiseaux vont se reposer en France, mais en Guadeloupe ou en Martinique !", souligne l'ornithologue. 

Une traversée de l'Atlantique en solitaire

Alors comment ce bécasseau à échasses américain a-t-il fait pour traverser l'Atlantique et ainsi se retrouver au parc du Marquenterre ? "Ce sont des oiseaux petits mais extrêmement musclés, s'ils ont un vent favorables, ils peuvent le faire sans souci, explique Philippe Carruette. Il a très bien pu d'ailleurs s'arrêter au passage en Angleterre ou au Pays-Bas."

Ceci étant, d'autres hypothèses peuvent être envisagées. "Peut-être a-t-il fait le voyage sur un cargo ou a-t-il suivi les bécasseaux maubèches qui nichent en baie d'Hudson pour gagner la baie de Somme en hivernage, se demande alors l'ornithologue. Qu'importe, le voyage reste extraordinaire, magique au-dessus des flots, une traversée en solitaire, un Vendée Globe de 60 grammes de plumes !

Impressionnant en effet pour un si petit gabarit, mais pas si étonnant. "Des oiseaux de la même famille des limicoles, les Barges rousses, peuvent faire 12 200 kilomètres sans escale entre l'Alaska et la Nouvelle-Zélande en 11 jours !"

Dans tous les cas, pour le moment, le bécasseau en question a l'air de se plaire au parc du Marquenterre. "Quand je l'ai observé, il cassait bien la croûte, il n'arrêtait pas de manger, sourit Philippe Carruette. Il a des chances de rester plusieurs jours. Généralement les espèces égarées d'un continent ne retrouvent pas leur terre d'origine."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de somme nature parcs et régions naturelles environnement animaux