La préfète de la Somme propose au gouvernement de ne pas confiner le département le week-end

Mercredi 3 mars, le conseil de défense sanitaire s'est réuni autour du chef de l'Etat pour décider des mesures nécessaires dans la lutte contre le Covid-19. Dans la Somme, sur la base des propositions faites par les élus locaux, la préfète a proposé au gouvernement de ne pas confiner le week-end.

La préfète de la Somme propose au gouvernement que les habitants du département puissent continuer à circuler librement le week-end.
La préfète de la Somme propose au gouvernement que les habitants du département puissent continuer à circuler librement le week-end. © FTV

Depuis le 25 février, l'Oise et la Somme sont en surveillance renforcée quant à la circulation du Covid-19 sur leur territoire. Le taux d'incidence était alors respectivement de 291,7 cas positifs pour 100 000 habitants et de 321. Le même jour, Jean Castex annonçait que les deux départements picards, et d'autres, étaient sous observation pour décider ou non d'un confinement le week-end à partir du 6 mars. 

Concertation avec les élus locaux

Au 28 février, la situation s'était encore légèrement aggravée dans l'Oise et la Somme qui affichaient un taux d'incidence de 297,7 et de 326,4. Sur la stricte base des données chiffrées, le confinement le week-end se profile à grands pas. Mais le gouvernement, trop longtemps taxé de prendre ses décisions de manière unilatérale, associe désormais les élus locaux qui lui font des propositions de mesures, présentées ensuite en conseil de défense sanitaire. "Les propositions qui ont été faites au gouvernement sont le résultat des concertations avec les élus locaux", nous indique-t-on à la préfecture de la Somme. Des élus que sont les députés, sénateurs, présidents communauté de communes, ou encore présidents des conseils départementaux etc. C'est sur la base de ces suggestions que le gouvernement décide de telle ou telle mesure.

La question du confinement le week-end

De toutes ces propositions, la plus attendue est sans conteste celle qui a trait à un éventuel confinement le week-end dans la Somme et l'Oise. Dans l'Oise, la préfecture n'a pas souhaité communiquer les propositions faites au gouvernement par la préfète du département, Corinne Orzechowski.

Dans la Somme, son homologue a fait remonter le positionnement des élus locaux. Et la majorité d'entre eux est d'accord pour éviter un confinement généralisé en fin de semaine : trop de risques économiques, sociaux et psychologiques selon eux. Une position que la préfète de la Somme a fait valoir auprès du gouvernement avant la réunion du conseil de défense sanitaire.

Pour que les habitants de la Somme ne soient pas contraints de rester chez eux le week-end, les élus locaux sont conscients qu'il faut enrailler la progression du virus. Actuellement dans la Somme, le taux d'incidence est de 326,4 cas positifs pour 100 000 habitants avec des zones où la situation est particulièrement inquiétante : le Marquenterre où le taux d'incidence est de 316, la communauté d'agglomération de baie de Somme où il est, certes en légère baisse, mais encore de 333 et la communauté de communes du territoire Nord Picardie où le taux d'incidence s'affiche à 564.

Des tests à grande échelle

Et pour enrailler la progression du virus sur le territoire de la Somme, les élus ont fait d'autres propositions. Ils souhaitent ainsi que l'obligation de porter un masque dans l'espace public soit étendue à tout le département. Pour le moment, le port du masque n'est obligatoire que dans l'agglomération amiénoise à Amiens et Cagny, dans la communauté de communes Somme Sud-Ouest, les communautés de communes de l'arrondissement d'Abbeville, dans la communauté de communes Nièvre et Somme et sur les plages du littoral.

Ils se sont également prononcés pour :

Réponse le 4 mars

A Amiens, Brigitte Fouré a détaillé les propostions qu'elle a faites à la préfète : une campagne de dépistage à la gare et dans la rue trois cailloux, la rue principale de la ville, avec des test température, tests salivaires ou anti-géniques, doublés d'un test PCR en cas de résultat positif . La maire a signé un arrêté interdisant les regroupements de plus de 6 personnes dans la ville et dans les parcs . Dans les écoles et les cantines, des testeurs pourraient être installés pour inciter à l’aération systématique. La mairie a également proposé de mettre en place 53 testeurs vérifier la qualité de l’air dans la ville. Des testeurs qui ne sont pour le moment qu'au nombre de 3. 

Ces propositions doivent aider le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour limiter la circulation du Covid-19. Mais le gouvernement est seul décisionnaire. Jeudi 4 mars, le Premier ministre, Jean Castex, doit annoncer quelles sont les mesures prises.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société