Le chalutier échoué à Cayeux-sur-Mer devrait être découpé sur place avant les grandes marées de mars

Dans la nuit du 11 au 12 février 2024, un navire a pris feu au large de Dieppe en Seine-Maritime. Le chalutier a ensuite dérivé pour finir échoué à Cayeux-sur-Mer dans la Somme. Désormais, les services de l'État travaillent à l'évacuer. Précisions.

C'est une course contre-la-montre. Dix jours après avoir échoué en baie de Somme, le chalutier Alexis IV doit être déplacé rapidement. En effet, à partir du 9 mars, les coefficients de marée remontent à plus de 90. Contactés, les services de la préfecture de la Somme assurent que des décisions doivent être prises "rapidement".

Lundi 19 février, une expertise a été menée par le bureau d'enquête sur les événements de mer, les gendarmes et les assurances. "L'option retenue à ce jour est le démantèlement sur place du chalutier échoué, plutôt qu’un remorquage", peut-on lire sur le site de la mairie de Cayeux-sur-Mer. Le bateau devrait donc être découpé sur place.

Retour sur les faits

Dans la nuit du 11 au 12 février 2024, le navire Alexis IV a pris feu dans la Manche, au large de Dieppe. Les six marins ont pu se réfugier sur un radeau de survie. Le navire s'est ensuite échoué sur la plage de Brighton, de Cayeux-sur-Mer, à 4 h du matin, le mardi 13 février.

Une vingtaine de pompiers de la Somme a été mobilisée pour éteindre l'incendie au niveau des cales. Ils ont utilisé deux lances, avec de l'eau et de la mousse, "avec pour objectif un noyage complet des cales pour étouffer le feu, le faire réduire en intensité et éviter qu'il se propage de nouveau", précise Kévin Muguet, chef du centre d'incendie et de secours d'Abbeville. "La problématique, c'était la présence de deux cuves de gazole d'une contenance de 12 500 litres chacune. C'était l'une des priorités en termes d'action, pour éviter une propagation massive sur le navire." Le propriétaire estime qu'il reste environ 9 000 litres de gazole, le reste ayant brûlé.

Priorité à la dépollution

Désormais, l'opération de dépollution est "la priorité", affirme la préfecture de la Somme. "Il s'agira de pomper les résidus d'huiles et de carburants ainsi que les eaux d’extinction du feu. À ce stade, aucun écoulement de fluide n'a été observé", indique-t-on. Le calendrier doit être précisé d'ici à la fin du mois de février.

La municipalité de Cayeux-sur-Mer a publié un arrêté pour interdire toute circulation de piétons non autorisés dans un large périmètre autour de l'épave.