Le tribunal administratif d'Amiens invalide les licenciements des 7 salariés "protégés" de l'usine Nutrimaine Banania : "c'est un bon point pour nous"

Publié le Mis à jour le

C'est une bonne nouvelle que vient de leur annoncer leur avocat. Les 7 salariés dits "protégés" de l'usine Nutrimaine-Banania, à Faverolles viennent d'obtenir du tribunal administratif d'Amiens l'invalidation de leurs licenciements. Une première étape qui redonne espoir aux 32 autres ex-salariés.

Cela fait trois ans que les anciens salariés de l'usine Nutrimaine, ex-Banania, ont perdu leur emploi. Le 15 avril 2019, l'entreprise spécialisée dans les poudres chocolatées située à Faverolles, dans la Somme fermait ses portes, faute de repreneur, laissant une quarantaine de salariés sans emploi.

Les ex-salariés décident de porter l'affaire devant la justice pour licenciement abusif. En Juin 2020, a lieu la première étape de la procédure devant les prud'hommes d'Amiens. La direction campe sur ses positions, disant "qu'il y avait des difficultés, économiques qui justifiaient la fermeture", explique alors Me Meriem Ghenim, avocate des salariés.

"Ça a été un long combat, avec des nuits blanches"

Jeudi 5 mai 2022, Me Ghenim revient vers eux avec une bonne nouvelle. Les 7 salariés dits "protégés", élus du comité social et économique (CSE), obtiennent du tribunal administratif d'Amiens l'invalidation de leurs licenciements.

"C'est un bon point pour nous, se réjouit Franck Bizet, délégué syndical CGT de Nutrimaine. Notre expert aux comptes et notre avocat ont fait un gros travail de fond, surtout sur l'aspect technique et administratif du dossier. Ça a été un long combat, avec des nuits blanches. On a pris un coup au moral. Là, malheureusement, ça ne nous réjouit qu'un peu parce que notre usine a été rachetée par nos voisins". 

Prochain rendez-vous le 10 mai devant les prud'hommes

Faute de repreneur, la direction de Nutrimaine avait décidé de sous-traiter la production en Allemagne, chez l'actionnaire majoritaire depuis 2010, le groupe Krüger.

L'usine n'existant plus, les 7 élus obtiennent donc dans un premier temps, une indemnité symbolique de 1 500 euros et vont pouvoir négocier par la suite, des récupérations de salaire. "On va attendre les prud'hommes. On n'est jamais sûr à 100%" , note le délégué syndical. 

Cette décision redonne un peu de baume au cœur aux 32 autres ex-salariés qui sont toujours en procédure devant les prud'hommes. Ils espèrent plus que jamais obtenir gain de cause, eux aussi. La décision du conseil de prud'hommes est attendue le 10 mai 2022.

Présente 46 ans dans la Somme

Usine emblématique de la région depuis 1973, l'entreprise Banania a produit jusqu'à 20 000 tonnes de cacao en poudre par an. Le succès de la production de chocolat était tel, que le président François Mitterrand, était venu visiter le site de Faverolles en 1985.