"Les Hauts-de-France représentent 30% des vols de câble en cuivre en France" : la galère de 4 communes privées d'internet

Un important vol de câble en cuivre prive depuis plusieurs jours quatre communes rurales de la Somme de connexion internet. Les réparations vont durer jusqu'à deux semaines. En attendant, entreprises et habitants doivent s'adapter et trouver des solutions provisoires.

Derrière son comptoir, Édouard Guilbart ne quitte pas son téléphone portable. Depuis plusieurs jours, le gérant de ce magasin de motoculteurs de Vironchaux, dans la Somme, ne peut plus utiliser son terminal de paiement par carte avec ses clients.

Partage de connexion 4G obligatoire

Quelques centaines de mètres plus loin, au bord de la Départementale, des câbles de cuivre assurant la connexion internet ont été volés sur 2,7 km. D'autres ont été sectionnés, mais laissés sur place.

Sans internet, l'entreprise d'Edouard Gulbart tourne au ralenti : "on est obligés d’utiliser nos téléphones portables pour faire des partages de connexions avec la 4G. Heureusement qu’on a des forfaits adaptés pour accéder à internet, sinon on serait vraiment dans l’embarras, reconnaît-il. On perd beaucoup de temps et d’énergie. À chaque fois qu’on se déplace avec le téléphone, on perd la connexion et il faut se reconnecter. C’est une charge supplémentaire dont on n’a pas besoin. Internet est indispensable. On ne sait rien faire sans : pour tout ce qui est communication avec nos clients et nos fournisseurs, on est complètement tributaire d’internet."

Édouard Guilbart n'est pas le seul à subir les conséquences de ce vol : le restaurant, le camping, le producteur d'endives, le maraîcher, les autres commerçants... Quatre communes du secteur ont été touchées. Soit près de 500 abonnés : 210 clients à Vironchaux, 120 à Argoules, 80 à Dominois et 60 à Machy.

Et ce n’est pas la première fois que cela arrive : "la dernière fois qu’il y a eu un vol de câbles, c’était il y a à peu près six mois, mais ça s’est vite résolu, raconte Mickaël Thorel, 1er adjoint au maire de Vironchaux. Ça n’était pas tout à fait un vol : ils ont coupé et n’ont pas eu le temps de voler les câbles. Le branchement a été refait le lendemain. Mais là, c’est la première fois que ça prend une telle ampleur. Et c’est entre 10 et 15 jours de réparation, ça fait long pour l’économie du village et des autres villages autour qui sont touchés. Ça a touché un grand périmètre."

Rebrancher fil par fil

Arnaud Richard, directeur des relations avec les collectivités locales chez Orange, reconnaît l'importance du vol. Ce qui explique d'ailleurs le fait que les réparations vont prendre autant de temps : "les câbles volés, ça veut dire qu’il va falloir tirer de nouveaux câbles sur 2,7 km depuis le poste central et les raccorder aux chambres et les sections locales restantes, explique-t-il. Les câbles sectionnés, ça veut dire qu’il va falloir faire des fouilles pour ressortir les câbles, tirer un bout de câble jusqu’à la chambre et raccorder fil par fil pour assurer la connectivité vers les foyers. Il va y avoir deux phases de travaux : une phase qui va être assez rapidement enclenchée et qui consiste à reconnecter les câbles qui sont encore là. Ça devrait prendre une dizaine de jours. Par contre, pour les câbles dérobés, ça va être beaucoup plus long. Ce sont des réparations qui demandent de la technicité et des compétences très fines : il faut reconnecter fil par fil et il ne faut pas se tromper sinon ça ne marche pas."

Les vols de câble en cuivre comme celui subi par Vironchaux, Argoules, Dominois et Machy sont de plus en plus récurrents en France et dans les Hauts-de-France qui comptabilisent à eux seuls 30 % de tous les vols constatés sur le territoire.

Avec Camille Di Crescenzo / FTV

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité