• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Vivre comme un Gaulois, chanter du blues ou se perdre dans un château ... Voilà Kamini qui visite le Val de Nièvre

La chevauchée de Kamini dans le Val de Nièvre est dans Les gens des Hauts ce dimanche 17 mars à12H55 / © France 3 Hauts-de-France
La chevauchée de Kamini dans le Val de Nièvre est dans Les gens des Hauts ce dimanche 17 mars à12H55 / © France 3 Hauts-de-France

Direction le Val de Nièvre, un territoire situé dans la Somme. Chevalier, Gaulois ou homme de Cro-Magon, Kamini vit une véritable remontée dans le temps. Entre visite de châteaux, jeux et tour de chant… les rencontres sont surprenantes. C'est dans Les gens des Hauts.

Par Elise Benoit

Entre forêts, campagne et collines, Kamini se perd dans le Val de Nièvre. Les amoureux de la grande histoire et des abeilles, les passionnés des frissons et les étonnés du bio-blues se donnent tous rendez-vous dans Les gens des Hauts.

Le Val de Nièvre, au fil de l’histoire

Présentée par Kamini
Réalisé par Pierre Verdez

 

Vivre comme un Gaulois, chanter du blues ou se perdre dans un château ... Voilà Kamini qui visite le Val de Nièvre

Mammouth, chasse à l’escargot et survie … dans le parc archéologique Samara

À la Chaussée-Tirancourt, pas besoin de chevaucher une DeLorean pour faire un bon spatio-temporel de 30.000 ans. Il suffit de visiter le parc archéologique de Samara. Kamini s’y transforme en Homo sapiens et reste bloqué au paléolithique supérieur.
 
Kamini fait du feu / © France 3 Hauts-de-France
Kamini fait du feu / © France 3 Hauts-de-France

Heureusement, le chef de tribu Philippe Chopin, passionnant, lui explique la maîtrise du feu et la chasse aux rennes pour survivre à l’époque Cro-Magnon.
 
" Par Toutatis !" Kamini découvre la vie des Gaulois / © France 3 Hauts-de-France
" Par Toutatis !" Kamini découvre la vie des Gaulois / © France 3 Hauts-de-France

Entre sanglier et cervoise, Kaminix revêt une tenue digne d’un irréductible. Puis, il se niche auprès d’un feu pour parlementer de la mode antique avec Ludovix euh Ludovic Moignet, le chef du village du parc archéologique Samara.

Les vêtements sont confectionnés par les artisans du parc. La tisserande de Samara a mis plus de 600 heures pour faire cette tunique. On part du mouton, tissage, filage, teinture et confection complète du costume.
 
Les spectacles du parc Samara
 

L’happy … culteur, le passeur de valeur

Julien Ferté a planté ses ruches dans le village de Saint-Ouen et ses abeilles y virevoltent de bonheur. Lors de sorties pédagogiques pour adultes ou enfants, l’apiculteur décrit son métier, montre ses ruches et explique sa vie choisie.

J’en vis modestement, mais je me sens milliardaire au jour le jour de par les rencontres.

Julien Ferté montre ses ruches / © France 3 Hauts-de-France
Julien Ferté montre ses ruches / © France 3 Hauts-de-France

Avec humanité et pédagogie, entre rencontres et ateliers, Julien raconte le miel et les besoins de ses ouvrières. Dans le village, sa volonté écologique et son amour de la nature a fait des émules.

Concrètement de revitaliser des petits villages comme ça, ça apporte beaucoup de fiertés aux gens (…) Et aujourd’hui, moi sans eux, ce serait difficile de maintenir mes abeilles en vie.

Chapeau bas !

Les yeux et souvenirs de l’industrie textile d’antan

En 1857, l'entreprise familiale Saint Frères ouvre sa première usine de filage de toile de Jute à Flixecourt, aventure qui durera 150 ans.

Flixecourt, L'Étoile, Pont-Remy ... C'est dans tout le Val de Nièvre que ces patrons paternalistes installeront leurs filatures et construiront des cités pour loger leurs ouvriers, sans compter les trois châteaux bâtis comme demeures de leur propre famille.
 
Les usines Saint Frères à Flixecourt ou L'Étoile / © France 3 Hauts-de-France
Les usines Saint Frères à Flixecourt ou L'Étoile / © France 3 Hauts-de-France

Vivez un petit moment suspendu avec Sœur Catherine Thierry. Ouvrière et religieuse, elle raconte son passé d’ourdisseuse* au sein des usines Saint Frères. À l’époque, je vivais dans la vallée de la Nièvre et je trouvais normal d’aller gagner ma vie comme les femmes de la vallée de la Nièvre. Elles étaient 90 % à travailler à l’usine donc j’y suis allée comme tout le monde.

Dans Les gens des Hauts, cette grande dame découvre le château de la Navette, lieu qui lui semble un peu insolite pour y décrire la vie à l’usine avec ses yeux d'ancienne responsable syndicale, c’est pas un lieu que je fréquente habituellement

*L'ourdisseuse est l'ouvrière qui prépare la chaîne de toile en réunissant les fils en nappe et en les tendant avant le tissage. (Le Petit Robert)
 
Sœur Catherine Thierry évoque ses souvenirs d'ouvrière dans les usines Saint Frères / © France 3 Hauts-de-France
Sœur Catherine Thierry évoque ses souvenirs d'ouvrière dans les usines Saint Frères / © France 3 Hauts-de-France

5.000 ouvriers partageaient le quotidien de Sœur Catherine Thierry dans les différentes usines des Saint Frères. Mais très très vite, j’ai été sensibilisée aux injustices de l’usine et petit à petit, j’ai eu des responsabilités syndicales et j’ai eu à défendre mes camarades.

Je remercie les gens qui m’ont accueilli ici, parce que ce sont eux qui m’ont fait, Sœur Catherine Thierry. 

Kamini et Dominique Fortel sur la chaîne de tri de l'association Le Relais / © France 3 Hauts-de-France
Kamini et Dominique Fortel sur la chaîne de tri de l'association Le Relais / © France 3 Hauts-de-France

Autre lieu, autre usine, celle du village de L’Étoile, reconvertie en centre de tri textile par l’association le Relais. Sur les chaînes de tri, la pétillante Dominique Fortel évoque sa vie d’ouvrière du temps des Saint Frères -elle y était noueuse*- et évoque son enfance dans les rues du village quand l’usine tissait encore son plein.

* La noueuse est l'ouvrière qui noue les fils d'un métier à tisser. (Dominique Fortel)
 
Dominique Fortel, noueuse, dévoile sa vie dans le village de L'Etoile et sa vie à l'usine Saint Frères

J’ai débuté à 16 ans, en 1974. Je suis née dans la rue et j’en suis jamais partie (du village de L'Etoile) … Moi, l’école, je ne voulais pas continuer, je voulais venir bosser avec mes parents, évoque Dominique Fortel.

 

Cow-boy, blues man et maraîcher bio, un CV bien rempli

À Picquigny, un chapeau vissé sur la tête, une guitare pour râteau, François Delporte chante sa musique bio au milieu des pâtissons et autres courges.

Cet amoureux d’équitation et de nature, un peu touche-à-tout, a repris la ferme de ses aïeux.

Avec ce musicien hors-norme, Kamini parcourt à cheval ces paysages dignes du grand Far-West et découvre la fabuleuse épopée de François.
 
Portrait d'un musicien bio, François Delporte

Avec son groupe de musique House of blues, ce chanteur et joueur d’harmonica met le feu sur scène.

Ça serait plaisant de faire de la musique son métier, mais je suis très heureux de produire des légumes, de mettre des gens à cheval et de faire découvrir notre région.
 
L'impro blues de Kamini et de François Delporte

 

Les oubliettes du château de Picquigny

Comment devenir capitaine des gardes ? Pourquoi porter avec élégance la cagoule en côte de mailles et la toge des templiers ? Qui sont ces fondus d’histoire qui proposent de vivre aventures et découvertes ?

Ce sont les salariés et bénévoles du Château de Picquigny, ils proposent visites et jeux en tout genre. L’intérêt, c’est de faire passer notre savoir-faire du travail des métiers anciens et  l’amour de l’histoire médiévale, raconte Damien Maupin, le Seigneur du cachot.

Alors se perdre dans le château, être enfermé, résoudre les mystères et réussir à déjouer la vigilance des gardiens pour trouver la sortie …Ce sont toutes les actions originales proposées dans l’Espace game du château. Kamini réussira-t-il à s’échapper des oubliettes ?
 
Damien Maupin raconte la naissance de l'Escape game du Château de Picquigny

 La difficulté, c’est le pari d’allier le jeu et le sérieux de l’histoire.

La carte du voyage de Kamini dans le Val de Nièvre



 

Toutes les infos pour voyager comme Kamini

Découvrir le parc Samara, c'est par ici.
Tout savoir sur l'association Le Relais ou son fondateur.
Déguster les légumes de François Delporte, c'est par là.
Aller danser avec les House of blues, suivez cette piste.
Se perdre dans l'Escape game du château de Picquigny, c'est derrière ce pont-levis.
Visiter la maison du Tourisme de le Val de la Nièvre.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dominique Riquet : "il faut avoir une écologie qui soit appuyée sur une transition économique"

Les + Lus