Spectacle : A Lillers, la compagnie Nif Naf propose des comédies musicales engagées et solidaires

La troupe amateure Nif Naf a inscrit dans ses statuts de mener des actions de solidarité. Elle propose de nouvelles représentations de "Cinq, le musical", une de ses créations, au Palace de Lillers, les 26, 27 et 28 novembre. L'occasion de partager l'engagement artistique et solidaire de la troupe.

Sous les froufrous, le strass et les paillettes, des histoires qui donnent à réfléchir. C'est l'ADN de la compagnie Nif Naf, installée à Lillers. Celle d'une bonne vingtaine de comédiens, danseurs, chanteurs, techniciens et autres bénévoles, habitants de la commune du Pas-de-Calais ou ses environs. Toutes et tous font corps autour d'un projet commun : donner à voir un beau spectacle, instiller dans les esprits les germes d'un questionnement sur les droits ou la condition des femmes, sur la fraternité ou la xénophobie.

Nouvelles représentations les 26, 27, 28 novembre et 11 décembre

"Cinq le musical", s'inspire de Les demoiselles du téléphone, une série espagnole qui questionne les droits des femmes dans les années 1920, avant Franco. "Cabaret" d'une pièce qui avait eu un succès à Broadway, avant la création du film du même nom. Nous sommes cette fois plongés dans l'Allemagne du début des années 1930, juste avant la montée du national-socialisme, où à Berlin, Sally Bowles, chanteuse américaine se produit dans le cabaret Kit Kat Klub. "Spectaculaire, spectaculaire" est inspiré du film Moulin Rouge de Baz Luhrmann. 

Tout un univers autour des comédies musicales, qui porte à réfléchir. "C'est important pour moi, par exemple, de faire des "bords de plateau" avec les lycéens après la représentation, mais aussi de travailler en amont avec eux, en classe ; pour qu'ils comprennent le contexte historique, imaginent les passerelles avec le monde d'aujourd'hui, s'ouvrent et s'interrogent", explique Gaëlle Scottu tout à la fois directrice artistique, auteure, comédienne, chanteuse et metteure en scène

.

"Le théâtre à une utilité sociale, on le sait... Quand par exemple Molière va jouer le bourgeois gentilhomme à la cour de Louis XIV ou quand il met en scène les précieuses ridicules, il y a des messages derrière cela qui ont leur efficacité. Au théâtre, ce lien direct avec le public est important -même s'il est un peu effacé aujourd'hui avec Netflix ou les réseaux sociaux-  le fait de jouer permet une grande liberté, permet de dénoncer", complète Antonio comédien et président de la troupe.

Une action citoyenne

"L'idée, c'est aussi, toujours autour de notre passion pour le théâtre de mener une action solidaire, citoyenne", explique Antonio Scottu. Et pour ce faire, l'association ne manque pas d'idées : venir en aide en communiquant ou en finançant - recettes des spectacles en partie reversées - des associations comme Les cyclistes du coeur, Raive, ou le Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles. En communiquant sur Soan et sa malformation d'oreille. En créant une cagnotte pour les étudiants étrangers béthunois, lors des confinements face au Covid-19. Ou, pendant cette même période, en mettant la main à la pâte pour fabriquer des surblouses (plus de 1500) offertes ensuite aux hôpitaux de l'Artois.

"C'est peut-être un peu candide, mais je pense que la société se porterait mieux avec davantage de philanthropie, de désintéressement. C'est gratifiant et ça rend service. On est fiers des actions qu'on mène. Alors bien sûr, il y a toujours l'argent : les dons que nous faisons, mais pas que : quand Soan vient avec sa petite soeur et découvre l'univers du spectacle, leur émerveillement n'a pas de prix.", poursuit Antonio. 

Si Antonio a découvert le théâtre sur le tard, Gaëlle, son épouse, baigne dedans depuis toute petite. Sa mère était comédienne, son père s'occupait des décors et était artiste-peintre. C'est la quarantaine passée, que les deux se sont lancés le 28 novembre 2017 dans la création de leur structure associative et Gaëlle, dans la réadaptation, la semi-écriture et la création de pièces. Depuis, mis à part la parenthèse liée à la pandémie de Covid-19, la troupe ne cesse de se renouveler. Avis aux amateurs, le recrutement est toujours ouvert !

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
portrait culture théâtre