Sursaut national et faux-échec de Marine Le Pen : les Régionales vues par la presse étrangère

La presse internationale s'est beaucoup intéressée au scrutin et analyse les résultats finaux. / © France 3
La presse internationale s'est beaucoup intéressée au scrutin et analyse les résultats finaux. / © France 3

Des journaux du monde entier se sont intéressés aux élections régionales et plus particulièrement à l'ascension de Marine Le Pen. Entre constat du front républicain, titres sur l'échec du FN et réflexion sur l'échec plus sérieux de la droite et du PS : voici ce qu'ils disent des résultats.

Par Mickael Guiho

Comme la semaine dernière, la presse étrangère couvrait largement ce lundi matin les résultats des élections régionales françaises. Nos voisins du monde constatent tous la réussite dans les urnes du front républicain, mais ne sont pas toujours d'accord dans l'analyse : certains parlent d'échec du Front national et de Marine Le Pen ; beaucoup d'autres disent que, les résultats sont en trompe-l'oeil et que c'est la gauche de gouvernement et, plus encore, Les Républicains de Nicolas Sarkozy, qui sont en situation de défaite.

Royaume-Uni - Financial Times


Voici la Une très française du quotidien britannique, ce lundi 14 décembre, avec d'abord la COP 21 puis Marine Le Pen et le "front uni" des Français contre le Front national.
 / ©
/ ©

Italie - La Repubblica


La semaine dernière, le quotidien titrait sur "Le choc Le Pen". Rassuré, il voit désormais que "La France arrête la vague Le Pen", grâce à une "nette victoire de la mobilisation contre la droite". Au final, il n'y a "aucune région pour les populistes". Le journal observe que "Marine et Marion balayent les défaites du Front national" en soulignant "l'intimidation de tous contre elles".
 / ©
/ ©

Italie - Corriere della Sera


C'est au lendemain du premier tour que cet autre journal italien parlait de "La vague Le Pen sur la France". Aujourd'hui : "Marine Le Pen rate son défi".
 / ©
/ ©

Belgique - Le Soir


Le journal de nos voisins frontaliers constate que les Français se sont mobilisés dans les urnes pour faire front contre le Front national. Mais dans son éditorial, Maroun Labaki estime qu'avec un triplement du nombre de conseillers régionaux FN, pour Marine Le Pen, c'est bien "une victoire qui ne dit pas son nom, qui avance masquée".
 / ©
/ ©

Royaume-Uni - The Independant


Dans un article qui ne fait pas sa UneThe Independant va dans le même sens que Le Soir et poursuit : Les Républicains de Nicolas Sarkozy sont menacés. Voici un extrait de l'analyse de John Lichfield, correspondant à Paris pour ce journal : "Malgré son incapacité à remporter le scrutin, le parti de Marine Le Pen s'est néanmoins imposée au cours de ces deux tours comme une force politique en constante progression qui menace de reléguer le centre-droit dans une position de simple parti d'opposition...parmi d'autres."
 / ©
/ ©

Royaume-Uni - The Guardian


Le journal britannique de gauche, Marine Le Pen se lâche, se déchaîne, fidèle à ce qu'est "l'extrême-droite française", face à sa défaite et à "la campagne de calomnie et de diffamation" (selon les termes utilisés par la candidate lors de son discours de dimanche soir). Dans cet article, le journaliste estime que la progression du Front national n'est pas stoppée et que LR et PS ne se sont pas "penchés sérieusement sur les raisons qui ont fait que les électeurs se sont détournés des partis de gouvernement pour affluer vers le FN."
 / ©
/ ©

Allemagne - Der Spiegel


Lundi dernier, le titre Allemand analysait le premier tour comme un basculement de la France à droite. Une semaine plus tard, il estime que ces élections régionales n'ont donné "aucun vainqueur".
 / ©
/ ©

Espagne - La Vanguardia


Le quotidien parle d'"échec" de l'extrême droite en France, parce que "Sarkozy et Hollande se partagent la plupart des régions".

 / ©
/ ©


Québec - Le Devoir


Le Devoir titre sur l'"échec du Front national" mais montre une Marine Le Pen souriante et souligne que le vote FN progresse. Il voit surtout dans les résultats des Régionales un échec pour Nicolas Sarkozy : "Même majoritaire avec sept régions, le grand perdant de cette élection demeure sans aucun doute Nicolas Sarkozy. Le président des Républicains devait non seulement faire « barrage » au Front national, mais remporter une large majorité. Il n'aura fait ni l'un ni l'autre."
 / ©
/ ©

 

Sur le même sujet

Les + Lus