Des tags homophobes sur une maison de Saint-Valery-sur-Somme

Sébastien et Frédéric Lecomte ont découvert, le matin du 13 février, des tags à caractère homophobe sur la façade de leur pavillon à Saint-Valery-sur-Somme.

L'auteur des tags encourt six mois de prison et 22 500 euros d'amende.
L'auteur des tags encourt six mois de prison et 22 500 euros d'amende. © Frédéric Lecomte
"Dégage pédale ou t mort (sic)", "PD", "salope", "fils de pute". Ce sont les insultes que Frédéric et Sébastien Lecomte, installés dans la région depuis un an, ont découvert avec horreur en se réveillant le 13 février sur la façade de leur maison.

Des insultes explicitement homophobes, qui surviennent, d'après Frédéric, "peu de temps après l'agression de Sébastien", le 24 janvier dernier. Les deux hommes pensent qu'il s'agit d'une seule et même personne qui leur en veut.

Sentiment d'insécurité


Le couple a porté plainte et les tags ont depuis été nettoyés. "On a peur de sortir de chez nous, on se protège", explique le couple. "On essaie d'avoir des amis autour de nous pour pas être seuls. Face à ça, on est impuissants."

Frédéric et Sébastien disent même songer à déménager "par mesure de sécurité". Ils ont rencontré le maire de la commune ce matin, qui a tenu à précisé qu'il ne règne pas un climat d'homophobie dans sa ville et qu'il s'agit là d'un acte exceptionnel.

Que risque l'auteur des tags ? 


L'injure publique à caractère homophobe est bien entendu punie par la loi. Son auteur risque six mois de prison et 22 500 euros d'amende


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers