TEMOIGNAGE. Coronavirus : "Le personnel communal est sur le pont et au top", raconte Philippe Fait, maire d’Étaples

Même s'il se réjouit de sa réélection au premier tour le 15 mars dernier, avec près de 68 % des suffrages, Philippe Fait (DVC) gère au quotidien l'urgence des situations à Étaples. Ce mardi, le marché va rouvrir partiellement. Le couvre-feu dans la commune, lui, est maintenu.
Philippe Fait, maire d'Étaples, réélu le 15 mars, fait le point sur le confinement et le couvre-feu dans sa commune
Philippe Fait, maire d'Étaples, réélu le 15 mars, fait le point sur le confinement et le couvre-feu dans sa commune © DR
Philippe Fait, à la tête de la mairie d'Étaples depuis 2014, ne compte pas son temps depuis la mise en place du confinement, le 17 mars : " Si moi je n'ai pas le moral, qui va l'avoir ? Et j'ai le moral aussi grâce au score des élections. Je suis en mairie tous les jours. Nous tenons, à distance, avec mes collaborateurs une cellule de crise quotidienne pour faire face aux demandes, aux interrogations. Il ne faut pas s'éloigner de la population".

Pour l'instant Philippe Fait travaille encore avec son ancienne équipe en attendant de pouvoir installer le nouveau conseil municipal.
 

Retour du marché sous conditions


Dans cette commune de 12 000 habitants, ce mardi, le marché fait son retour sur la place après avoir été suspendu, le 24 mars. Mais attention, pas n'importe comment explique le premier magistrat : " C'est un marché réduit à une dizaine de commerçants de bouche contre une quarantaine en temps normal. Un marché, limité également dans son périmètre. Il y a aura une entrée et une sortie. Une seule personne par foyer est autorisée à y pénétrer. Les mouvements seront surveillés."

Dans ce rendez-vous bi-hebdomadaire très prisé des Etaplois, un roulement est prévu chez les exposants, priorité aux producteurs locaux.
 


Couvre-feu maintenu

Philippe Fait a également rouvert les accès aux cimetières, sous surveillance, depuis vendredi dernier car Pâques reste un moment où les habitants ont besoin d'aller se recueillir.

En revanche le couvre-feu instauré très rapidement dans la commune de la Côte d'Opale depuis le lundi 23 mars reste d'actualité : "J'ai voulu marquer les esprits. Je fais régulièrement des rondes la nuit et ce que j'y ai vu au début du confinement m'a incité à prendre cette mesure. De 21h00 à 05h00, extinction de l'éclairage et interdiction de sortir de chez soi. Et c'est respecté ! Je l'ai encore vérifié dans la nuit de samedi à dimanche. Il y a très peu de verbalisation ." Depuis quelques jours, la Police Municipale ne fait d'ailleurs plus d'annonce au mégaphone dans les rues.

 
Les stands de poissons fermés sur le port d'Étaples
Les stands de poissons fermés sur le port d'Étaples © Corinne Sala


La mairie tient à jouer en cette période la carte de la proximité, régulièrement les aînés sont appelés au téléphone à leur domicile par les agents municipaux. Les présidents des associations sont également à l'écoute: " Assurer la continuité du service public, c'est notre rôle. Bien avant le confinement, j'avais pris des mesures de prévention pour nos seniors au sein de nos deux résidences-autonomie. C'est compliqué mais nous ne déplorons aucun décès lié au coronavirus dans ces établissements. Le personnel communal est sur le pont et au top ", constate Philippe Fait.
   

N'oublier personne

Le maire salue les efforts de chacun pour respecter au mieux ce confinement : "Je sais que dans certaines familles, le quotidien n'est pas simple et que sans école c'est encore plus dur. J'espère également que la pêche va pouvoir reprendre une activité normale au plus vite. Mais la lutte n'est pas finie.

Pourtant, il faut déjà penser à l'après. D'abord en préparant comme chaque année à cette période, la rentrée scolaire de septembre et puis réfléchir à la sortie de crise car pour Philippe Fait, rien ne sera plus pareil : " Il faudra un effort collectif pour les commerces de proximité et redynamiser le centre-ville. Faire attention à nos aînés et ne pas publier non plus nos tous petits. Tout le monde va avoir besoin d'un ballon d'oxygène". 

 

Dans ce contexte inédit, le maire tient enfin à rappeler qu'il n'est guère opportun de profiter de la faiblesse de certains et rappelle que la commune n'a mandaté personne pour proposer des services de désinfection des maisons. Philippe Fait en appelle à la vigilance de chacun.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale coronavirus/covid-19 santé société