Valenciennes : les supporters du VAFC manifestent pour demander le départ du président du club

Après la lettre de licenciement envoyée à Eddy Zdziech suivie d'une lettre ouverte, les groupes de supporters du VAFC ont manifesté devant le stade du Hainaut. Cartons, pot de départ et messages divers... une action symbolique pour demander une fois de plus la démission du président du club.

Des cartons déposés par les supporters du VAFC devant le stade du Hainaut pour demander la démission du président du club.
Des cartons déposés par les supporters du VAFC devant le stade du Hainaut pour demander la démission du président du club. © Guillaume Gosalbes / France 3 Hauts-de-France

Un tas de carton déposé au pied du stade du Hainaut pour demander au président du club de faire les siens. Des dizaines de supporters du VAFC se sont réunis ce dimanche 24 janvier pour demander – une fois de plus – la démission d’Eddy Zdziech.

À la tête du VAFC depuis 7 années maintenant, la confiance entre les clubs de supporters des Rouge et Blanc et le président n’existe plus. Après lui avoir envoyé une lettre de licenciement le 24 décembre dernier pour trois fautes graves qui devait "prendre effet un mois après la date de réception du présent courrier", 150 supporters de la première heure du VAFC ont bravé le froid et se sont symboliquement réunis ce jour.

"Pot de départ d’Eddy Zdziech"

Une buvette a été installée sur le parking du stade pour l’occasion, décorée d’une banderole affichant un slogan sans équivoque à destination du président du club : "pot de départ d’Eddy Zdziech."

Un pot de départ fictif organisé devant le stade du Hainaut.
Un pot de départ fictif organisé devant le stade du Hainaut. © Guillaume Gosalbes / France 3 Hauts-de-France

Un tas de cartons a également été déposé à l’entrée du stade pour lui demander de faire les siens, alors que les supporters dénonçaient dans une lettre ouverte le 10 janvier dernier que "(leur) club tant aimé brûle et (qu’ils ne peuvent) se résoudre à regarder ailleurs."

Stéphane, porte-parole du groupe de supporters Ultras Roisters, nous expliquait il y a quelques jours que le projet d’Eddy Zdziech "manque de clarté, d’ambitions et de moyens", alors que celui-ci promettait en 2015 un retour du club en ligue 1 dans les trois ans, sans succès. Présent ce jour à la manifestation, il réitère son message à destination du président.

"Qu’il laisse l’actionnariat majoritaire à quelqu’un de plus ambitieux, qui a du réseau, qui a de l’expérience en ligue 1."

Stéphane, porte-parole du groupe de supporters Ultras Roisters

"Qu’il laisse l’actionnariat majoritaire à quelqu’un de plus ambitieux, qui a du réseau, qui a de l’expérience en ligue 1, demande-t-il. Il y a un actionnaire actuellement au VAFC qui a ce profil-là, donc qu’il n’hésite pas à laisser sa place." Il pense à Patrick Partouche, actuellement actionnaire minoritaire du VAFC .

Débat inflammable

Les groupes de supporters fustigent également le comportement du président du club vis-à-vis d’eux, affirmant notamment qu’il les avait caractérisé de "cancer du VAFC" en septembre 2018 lors d’une réunion. Suite à la publication de la lettre ouverte le 10 janvier dernier, un actionnaire minoritaire du club et soutien de l’actuel président avait invité sur les réseaux sociaux "les supporters de merde à aller se faire sodomiser (sic)."

Une partie des messages affichés sur les grilles du stade du Hainaut.
Une partie des messages affichés sur les grilles du stade du Hainaut. © Guillaume Gosalbes / France 3 Hauts-de-France

Au terme de la manifestation, les supporters ont demandé "un projet pour VA", comprendre un changement de gouvernance à la tête du club, et vite. Comme dans leur lettre ouverte, ils en appellent notamment à Jean-Louis Borloo, ancien maire de Valenciennes et président du club de 1986 à 1991, puis en 2014.

Dans un communiqué publié le 11 janvier dernier, le président du VAFC Eddy Zdziech dénonçait "certains commentaires d’une violence inouïe et inacceptable, quelqu'en soit la provenance." Il avait par ailleurs rappelé qu'"on peut ne pas être d’accord sur la trajectoire empruntée par le club mais (que) les uns et les autres doivent pouvoir s’exprimer avec respect et tolérance."

Quant à Jean-Louis Borloo, il n’a pour l’heure pas répondu aux sollicitations des supporters.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vafc football sport polémique société manifestation économie social