• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Bières du Nord, bêtes à concours ?

Salon de la Bière de Calais / © MaxPPP
Salon de la Bière de Calais / © MaxPPP

En 2019, 27 bières des Hauts-de-France ont été médaillées au Concours agricole générale. Un nombre de produits primés record. 

Par N.L.

En 2019, les bières des Hauts-de-France ont décroché un nombre record de médailles au concours général agricole. Cette année, 27 bières ont été primées, contre 19 en 2018 et 12 en 2017. Est-ce que cela signifie que les bières de la région sont de plus en plus qualitatives ?

Difficile à dire.

Le concours général agricole est organisé chaque année à l’occasion du salon de l’agriculture sous l’égide du Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation. Environ 22 000 produits et vins y sont présentés, dans 35 catégories.
 
ASKIP : Bières du Nord, bêtes à concours ?


Les lauréats peuvent apposer sur leurs produits un macaron, « médaille d’or », « médaille d’argent » ou « médaille de bronze » attestant de la qualité du produit. C’est avant tout un argument de vente : la médaille appelle à la confiance des consommateurs, et permet donc aux producteurs de développer leur production.

Des catégories qui s’adaptent aux candidats


Pour la bière en 2019, les produits étaient répartis en 17 sous-catégories : blonde, brune, blanche, ambrée… et aromatisées. Ce qui n’est pas au goût de tous les producteurs.

Vincent Bogaert, de la Brasserie Saint Germain, a même décidé d’arrêter de présenter ses bières pour cette raison alors qu’elles étaient les plus primées du concours. Selon lui, le concours n’est plus représentatif de « l’excellence française » promue par l’organisation. « Au départ, le Concours général agricole, c’est pour des catégories de style français. On a jamais mis des fleurs à part celle de houblon dans la bière, on n’a jamais mis des pâquerettes et puis des roses dans la bière ! Alors bon, ça n’empêche pas que le produit soit bon, mais on ne crée pas des catégories exprès pour ça parce qu’il y en a cinq qui aimeraient avoir une médaille […] Ce n’est pas représentatif de ce qu’on fabrique en France. »

Les catégories varient d’une année sur l’autre, en fonction des candidatures. Et plus il y a de catégories, plus il est facile de remporter une médaille.
 

Des critères de sélection imprécis


Le règlement du concours précise les conditions d’inscription. Pour pouvoir concourir, les brasseurs doivent produire leur bière en France, avec au moins 60% de matière première (malts, céréales) provenant de culture française. Aucune autre indication sur la provenance et ses spécificités (bio, local…) n’est donnée.
 


Aucun repérage n’est effectué : pour qu’une bière concoure, il faut que son producteur se soit inscrit. L’inscription est payante, avec 101€ de frais de dossier, qui peuvent être réduits à 40€ sous condition de revenus, et 107€ par « échantillon » présenté.

Les produits sont ensuite jugés par des jurés bénévoles, professionnels du milieu ou consommateurs avertis ayant participés à des formations spécifiques. Les critères pris en compte sont essentiellement gustatifs et visuels.
 

Les bières du Nord-Pas-de-Calais sont les plus primées  


Cette année, 47 bières au total ont été récompensées par le Concours général agricole. Avec ses 27 primées, la région Hauts-de-France a donc récolté la majorité des médailles. Les 7 médailles d’or attribuées, attestant d’un produit « d’une qualité exceptionnelle », sont revenues à des brasseurs de la région.

Ce n’est pourtant pas dans les Hauts-de-France qu’on compte le plus de brasseries (Rhône-Alpes) ou que la production est la plus importante (Alsace), mais la région est considérée comme la plus grande productrice de bières de qualité.  
 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus