VIDEO. Coronavirus. A Roubaix en parallèle d'un réseau de makers, l'entreprise Dagoma imprime des visières de protection

La production de visières de protection par une entreprise de Roubaix est en train d'augmenter progessivement et devrait vite atteindre 20 000 pièces par semaine.
© Bruno Espalieu - France 3
Ils étaient en confinement, ils ont dû remonter leurs imprimantes 3D en catastrophe. Leur objectif : fabriquer 20 000 visières de protection chaque semaine. A l'origine de ce défi un peu fou, des start up, rassemblées sur les réseaux sociaux, dont celle d'Alexandre Luternauer, Dagoma.
 
L'entreprise roubaisienne Dagoma produit des milliers de visières de protection ©France 3

"Moi mon métier, c'est de faire des traqueurs de vélo en cas de vol et en cas d'accident, et je me suis retrouvé là-dedans, raconte le co-fondateur de TrackAp à Euratechnologies, Alexandre Luternauer, au micro de Laura Lévy et Bruno Espalieu. Je me suis dit les médecins et les soignants sont sur le front tous les jours, alors nous, si on peut aider, avec nos machines et notre savoir-faire, autant le faire."

Alexandre fait partie d'un réseau de "makers", des passionnés de nouvelles technologies qui ont à disposition une imprimante 3D... Mais ce réseau, même s'il est important, était insuffisant pour répondre à la demande. Alors Alexandre a décidé de contacter le directeur général de Dagoma, qui justement était en lien avec l'instigateur parisien de cette grande chaîne de solidarité née sur Facebook.
"Un matin, se souvient Matthieu Régnier, le directeur général de Dagoma, j'ai dans ma boîte mail un mail d'Alexandre, qui me dit "Matthieu il faut que tu nous aides. On est un groupe de makers et on fabrique des visières de protection, et on n'a pas une capacité de production suffisante parce qu'on a trop de demandes. Qu'est-ce que tu peux faire ?" La mise en réseau a fait qu'Alexandre a déclenché un mouvement de Mettons nous à produire un maximum de visières le plus rapidement possible."

Le procédé est simple: les machines produisent 20 heures sur 24 des arceaux oranges à base d'amidon de maïs. Il suffit ensuite d'y glisser des vitres en PVC. Le système n'est pas encore homologué, mais il semble efficace contre les projections.  "L'idée, précise Matthieu, c'est de venir faire un barrage contre les projections, et de protéger les muqueuses des yeux, la bouche, etc."
 
Aujourd'hui Dagoma produit 14.000 visières par semaine et espère rapidement atteindre les 20.000
Aujourd'hui Dagoma produit 14.000 visières par semaine et espère rapidement atteindre les 20.000 © Bruno Espalieu - France 3

Par rapport au projet de départ, le modèle de l'arceau a été modifié pour gagner du temps et de la capacité. "Avec ce modèle, précise Matthieu, on en produit deux et demi fois plus."

Les 20 salariés de cette petite entreprise roubaisienne, récemment placée en redressement judiciaire, ont tous accepté de revenir pour participer à cette chaîne de solidarité. Aujourd'hui, ce sont 1700 visières qui ont été livrées à des hôpitaux, des cliniques dentaires, des pharmacies et des EHPAD.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité économie économie numérique