VIDÉO. Covid-19 : à Lille, une quarantaine de personnes "agressives" entre de force dans un labo pour se faire dépister

Les faits se sont produits samedi, alors que le laboratoire Synlab avait réduit le nombre de dépistages quotidiens, pour privilégier les demandes internationales.

© FREDERik GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Une quarantaine de personnes ont fait irruption, samedi 22 août, à l'intérieur du laboratoire Synlab de Lille pour forcer le personnel à les dépister, a-t-on appris ce mardi auprès du directeur Mathieu Thierry.

L'incident s'est produit alors que le laboratoire avait été contraint de réduire le nombre de dépistages quotidiens de 150 à 30, en raison de "quotas de réactifs qui sont insuffisants pour assurer les dépistages de masse". 

Insultes sur le personnel

Depuis près de trois semaines, "il y a une demande internationale qui est en forte croissance pour les tests de dépistage PCR", explique Mathieu Thierry, qui précise qu'"assez rapidement, on a dû limiter le nombre de personnes venant se faire prélever, et évidemment les gens qui ne peuvent pas se faire prélever rapidement sont anxieux et deviennent même très agressifs", alors qu'ils n'avaient pas pris de rendez-vous.
Covid-19 : quel est le profil des personnes qui viennent se faire dépister ©France 3 Nord Pas-de-Calais
Agressifs au point de "pénétrer dans le laboratoire par groupe", précise encore le directeur de Synlab Hauts-de-France. "On a eu une quarantaine de personnes qui sont venues samedi dernier, qu'on n'avait pas pu prendre. On a essayé de les convaincre de revenir la semaine suivante..." Sans succès puisqu'au contraire, ces personnes "se sont imposées dans le laboratoire, en allant jusqu'à insulter le personnel qui a pris un peu peur."

41 000 tests par semaine dans la région

En fin de compte, les prélèvements ont bien été réalisés, alors que le laboratoire tentait de réduire le nombre de tests pour s'adapter aux quotas de réactifs. "Ça ne représentait pas des priorités et ça nous a mis en difficulté, je dois le reconnaître", regrette Mathieu Thierry. Aucune plainte n'a été déposée.

Le nombre de dépistages Covid-19 a sensiblement augmenté ces derniers mois : de 657 tests en une semaine à l'annonce du confinement en mars (avec un taux de positivité de 39,3%) ; on est passés à 40 945 tests dans la semaine du 9 au 14 août, avec un taux de positifs de 2,43%. Dans la métropole lilloise, ce taux est même de 5,3%.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société