VIDÉO. Paris-Roubaix : une reconnaissance glissante, mais un parcours sec prévu dimanche

Tout porte à croire à que la journée de dimanche ne sera pas aussi pluvieuse que ce mardi.

Les coureurs ont pris le départ du Paris-Roubaix à Compiègne ce dimanche matin.
Les coureurs ont pris le départ du Paris-Roubaix à Compiègne ce dimanche matin. © Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Parcours sec en vue : la reconnaissance de Paris-Roubaix, ce mardi 9 avril, s'est faite en partie sous une pluie fine mais les prévisions météo tablent sur un temps sec, dimanche, pour la "reine des classiques" cyclistes. 
 
Paris-Roubaix : une reconnaissance glissante, mais un parcours sec prévu dimanche ©France 3 Nord-Pas-de-Calais

"Je ne suis pas inquiet", a déclaré le directeur de course Thierry Gouvenou, après vérification de l'état des 29 secteurs pavés de cette 117e édition. 
 

Par rapport à l'année passée, la distance (257 km entre Compiègne et le vélodrome de Roubaix) ainsi que la part des pavés (54,5 km) restent identiques. Mais la phase initiale des secteurs a été modifiée dans la quarantaine de kilomètres qui suit les premiers pavés de Troisvilles.
 
"L'entame pourrait être assez difficile", prévoit le responsable de la course qui a procédé à la reconnaissance avec le directeur du Tour Christian Prudhomme. "On a un premier bloc de 10 kilomètres de pavés en 13 kilomètres seulement." 

 

Une stèle en mémoire de Michael Goolaerts

Dans cette partie se trouve la stèle rappelant la mémoire du Belge Michael Goolaerts, dont le décès dû à un arrêt cardiaque a marqué l'édition 2018
 
"On empruntera le secteur en sens inverse par rapport à l'année passée. Sinon, en cas de mauvais temps, on risquait de devoir dévier. On voulait être sûr à 100% de passer à cet endroit", a précisé Thierry Gouvenou. 
 
En hommage au jeune coureur belge, décédé à l'âge de 23 ans, son dossard, le numéro 84, ne sera pas attribué dans Paris-Roubaix. À partir de Verchain-Maugré (Km 133), le parcours 2019 est identique à celui de l'année dernière. A ceci près que la Trouée d'Arenberg, l'un des hauts lieux de Paris-Roubaix, a été redimensionnée à 2300 mètres, 100 de moins que précédemment
 
Plus important pour les coureurs, les 500 premiers mètres de la Trouée ont fait l'objet de travaux notables afin d'enlever l'herbe qui revenait à chaque fois. "Maintenant, on retrouve la vraie nature des pavés. On n'est pas là pour faire du cyclo-cross mais une course sur route", a estimé Thierry Gouvenou. 

Une prochaine tranche de travaux portant sur 400 mètres supplémentaires est prévue après cette édition. 

"Dans l'ensemble, les secteurs sont en bon état", a conclu le directeur. "On s'est rendu compte des zones à nettoyer. Les communes sont très réactives." 
 
Trois secteurs pavés, comme lors des années précédentes, seront cotés 5 étoiles, le degré le plus élevé des difficultés: Trouée d'Arenberg, Mons-en-Pévèle et Carrefour de l'Arbre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paris-roubaix cyclisme sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter