• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • SPORT
  • CULTURE
  • ÉCONOMIE

“Le monde en tête”: l'exceptionnelle donation d'Antoine de Galbert au musée des Confluences à Lyon

© Tatiana Amaro
© Tatiana Amaro

Le musée des Confluences à Lyon expose 335 des 520 coiffes et objets de la collection personnelle d’Antoine de Galbert. La donation de ce collectionneur privé au musée montre la richesse des cultures des peuples à travers le monde entier. A découvrir jusqu'au 15 mars 2020.
 

Par Claire Gidon

Antoine de Galbert, héritier du groupe Carrefour, est un homme passionné par l’art contemporain. Pendant plus de 30 ans, ce donateur a parcouru le monde et chiné des œuvres extraordinaires. Fonctionnant aux coups de cœur et aux rencontres, il a parfait sa collection de chapeaux anciens ou récents venus d’Océanie, d’Amérique, d’Afrique ou d’Asie, ainsi que de masques, parures de têtes et costumes.

 « C'est une aventure humaine mais une aventure privée. C’est un voyage dans ma tête et dans le monde qui a été extraordinaire et je me suis laissé séduire, souvent trop facilement, par des formes ou des couleurs. Mais quand on voit l’ensemble, il y a une vraie cohérence.» Antoine de Galbert

Une collection venue du monde entier

Depuis des millénaires, l’humanité se pare de couvre-chefs. Ils sont aussi les marqueurs d’un rang social. Les coiffes indiquent le statut de l’individu : noble, danseur, chamane, guerrier ou monarque. On associe souvent cet objet à une tradition, une coutume ou un pouvoir.

 

"Le monde en tête"
Exposition de coiffes provenant de la donation d'Antoine de Galbert.


Une vie après la « Maison Rouge »

Dans la Maison Rouge, la fondation qu'il avait créée, Antoine de Galbert avait dédié un espace à l’art et à l’exploration de la diversité artistique actuelle. Depuis sa fermeture en 2018, il a donné une partie de sa collection au musée des Confluences. Un musée où nature et culture se trouvent expliquées. Plus de 40 experts ont participé à l’élaboration de l'exposition pour la documenter.

La mise en scène est orchestrée par des vidéos qui permettent de découvrir le contexte des coiffes exposées et d'en comprendre les usages. Des espaces thématiques autour du mariage, des plumes d’Amazonie ou encore des symboles du pouvoir complètent la scénographie.

© Tatiana Amaro
© Tatiana Amaro

Des coiffes comme des oeuvres d'art

Les coiffes sont constituées de plumes, de perles, de bois, de métal, d'insectes ou de cheveux. Fabriqués manuellement, ces couvre-chefs sont très minutieusement confectionnés. Ce sont de vraies œuvres d’art portées lors de fêtes de mariage, de circoncision, de naissance, d’enterrement. Elles peuvent aussi simplement servir d'ornement.

© Tatiana Amaro
© Tatiana Amaro

Des costumes colorés et des masques sont aussi présents montrant la diversité des cultures.
© Tatiana Amaro
© Tatiana Amaro
Dans nos sociétés, les couvre-chefs, en général, nous protègent du soleil et des intempéries mais pour certaines populations, elles ont une symbolique et une utilisation différente.
Il existe probablement autant de coiffes que de croyances dans le monde. 
 

A découvrir un diaporama de différentes coiffes rares visibles dans cette exposition.

L'exposition "Le monde en tête" est à voir jusqu’au 15 mars 2020 au musée des Confluences, à Lyon.

Sur le même sujet

Castellu-di-Rustinu : 10 hectares de végétation ravagés par les flammes