• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le procès d'assises d'une rivalité amoureuse fatale

A Bosc le Hard, le quartier où vivait la victime / © Sylvie Callier
A Bosc le Hard, le quartier où vivait la victime / © Sylvie Callier

De mercredi à vendredi, un habitant de Bosc-le-Hard est jugé à Rouen pour assassinat et tentative d'assassinat. Les faits remontent à juin 2010. Une femme était morte d'un tir à bout portant. Elle voulait se séparer de son compagnon.

Par Sylvie Callier



La nuit du 28 au 29 juin 2010, une éducatrice spécialisée de 44 ans mourait d'un tir de carabine dans sa petite maison de Bosc-le-Hard près de Saint-Saëns. L'issue tragique d'une soirée passée avec son compagnon, l'accusé, et un homme avec lequel elle voulait refaire sa vie.

Franck D., aujourd'hui âgé de 47 ans , comparait pendant trois jours. Il était à l'époque des faits salarié au parc animalier de Clères. 

    Le rappel des faits
 
Le 29 juin 2010, vers 2 heures du matin, la fille de la victime âgée de 18 ans alertait les secours. Sa mère venait d'être tuée par arme à feu. Sur place, se trouvaient la fille, le compagnon et l'amant de la victime.

Les témoignages désignent le compagnon comme le tireur. Cette nuit-là, l'amant avait été invité dans la maison. Une soirée arrosée et tendue. Véronique avait prévu de quitter son compagnon et d'emménager avec son nouvel ami.

Durant la soirée, Franck D. s'absente de la maison. Il prend la route de son lieu de travail, le parc de Clères. C'est là qu'il prend une carabine qui sert habituellement contre les animaux nuisibles. C'est à son retour à Bosc-le-Hard que le drame se noue. Véronique est tuée à bout portant.

Les témoignages des occupants de la maison cette nuit-là divergent. Au cours des auditions, l'accusé évoque une bousculade, un tir accidentel sur la victime. Le procès examinera l'enchainement de circonstances qui a conduit à ce drame.

         


Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus