Le ministre de l'Intérieur, en déplacement à Marseille a cependant déclaré qu'il n'avait pas "pas d'inquiétude" mais que les instructions étaient "très fermes " en ce qui concerne des rassemblements.

La préfecture de Seine-Maritime n'a pas eu de déclarations de manifestations pour protester contre les caricatures de Charlie Hebdo. Mais selon Manuel Valls des appels ont été lancés via les réseaux sociaux et une nuée de SMS, notamment à Rouen, citant la ville au même titre que Lille, Lyon, Marseille et Paris.

"Des dispositifs adaptés sont et seront mis en place partout où cela sera nécessaire", a ajouté le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, qui a fait état de "la présence de CRS et de gendarmes mobiles, d'une part pour protéger les lieux symboliques et sensibles, et aussi pour prévenir tout rassemblement non
autorisé".

Au total, "la présence policière sera adaptée aux risques recensés", a assuré M. Brandet, en indiquant qu'est également en cours un travail mené par l'ensemble des services de renseignement reposant sur la surveillance des réseaux sociaux, tels que Facebook.

A Rouen, la communauté musulmane que nous avons rencontré, appelle au calme et au respect.
Voir le reportage ci-dessous de Emmanuelle Partouche et Sylvie Françoise.