Martje Theadora: l'armateur réfute la "pêche illégale"

Un jugement doit être rendu ce lundi sur le sort du Martje Theadora, chalutier de 141 mètres accusé de pêche illégale. L'armateur réfute ses accusations. La caution demandée pourrait atteindre 1,2 million d'euros.


Le Maartje Theadora, un navire de 141 mètres de long avec 57 personnes à bord, est bloqué à Cherbourg. Il a été appréhendé mardi au large d'Antifer (Seine-Maritime). Il est soupçonné de la plus grosse infraction à la législation sur la pêche jamais constatée en France métropolitaine. Son armateur néerlandais, le groupe néerlandais Parlevliet & Van Der Plas B.V a contesté samedi toute infraction, dans un communiqué transmis à l'AFP.

Ce chalutier est soupçonné d'avoir commencé à pêcher du maquereau, comme il l'avait
déclaré, puis de s'être mis à pêcher un autre poisson, le chinchard sans déclarer
ce changement. Les enquêteurs cherchent la raison de cette dissimulation présumée.
Il lui est également reproché d'avoir combiné deux filets de pêche pour augmenter
ses prises alors que cela est interdit.

Mais pour l'armateur du navire l'ensemble des prises de harengs, de maquereaux et de chinchards a été enregistré "en accord avec les quotas alloués au bateau, il ne s'agit donc pas d'une pêche illégale". La seule erreur concédée est une "erreur administrative", concernant la taille des mailles du filet de pêche utilisé.

Un juge des libertés devrait se prononcer ce lundi sur le sort du navire. Il devrait aussi statuer sur le montant du cautionnement (un montant de un million deux cent mille euros est évoqué), la confiscation de la marchandise (évaluée à au moins deux millions d'euros) ou du bateau. Une caution avait été proposée par le Parquet de Cherbourg. L'armateur a refusé de la payer, préférant s'expliquer au tribunal.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité