Fin de la vive polémique sur les plages du Débarquement

Commémoration du Débarquement sur le pont Pegasus - Archives / © France 3 Basse-Normandie
Commémoration du Débarquement sur le pont Pegasus - Archives / © France 3 Basse-Normandie

Une vive polémique avait éclaté dans notre région à cause d'un projet de label touristique "Secteur mythique" qui excluait une des plages du Débarquement. Les promoteurs du projet ont décidé de renoncer à la création de ce label.

Par CB avec AFP

Le comité de pilotage composé de six offices de tourisme de la Manche et du Calvados "prend acte des commentaires faisant suite à la présentation de sa réflexion" et "note que le choix du nom et du périmètre de cette destination doit faire l'objet de réflexions supplémentaires", a-t-il été indiqué à l'AFP.

L'idée d'un "Secteur mythique" oubliant Sword (Ouistreham), la plus orientale des cinq plages du débarquement, qui avait notamment vu débarquer les seuls Français du 6 juin 1944, le commando Kieffer, avait suscité une importante levée de boucliers, d'autant que manquait également un autre site mythique, Pegasus Bridge.

L'idée controversée était née "très simplement" au sein des six offices de tourisme gérant les quatre autres plages (Utah, Omaha, Gold et Juno), "qui ont l'habitude de travailler ensemble depuis quatre ans", a indiqué l'un de leurs responsables, qui n'a pas souhaité être nommément cité.

"Nous n'aurions jamais imaginé que cette idée serait ainsi montée en épingle alors qu'il s'agissait d'une simple réflexion. Nous voulons que cette affaire s'apaise", a-t-il ajouté.

Dans une lettre ouverte publiée mercredi, la députée du Calvados Nicole Ameline (UMP) avait notamment dénoncé une initiative "inopportune au moment
où tous nos efforts doivent tendre à l'inscription de nos sites historiques au patrimoine de l'Unesco".

Laurent Beauvais, président du Conseil régional de Basse-Normandie, a lui aussi exprimé son fort mécontentement face à cette initiative malheureuse.

Les plages du Débarquement souhaitent devenir le cinquième site au monde à être inscrit au patrimoine de l'humanité au titre des "sites associés à des événements à portée universelle", après Auschwitz, Hiroshima, Gorée, et les prisons d'Afrique du Sud.

Le tourisme lié au D-Day et à la bataille de Normandie, dont le 70e anniversaire sera célébré l'an prochain, attire chaque année dans la région plus de 2 millions de visiteurs venus du monde entier.

Sur le même sujet

Les + Lus