Cet article date de plus de 8 ans

Feuilleton: véto des villes, véto des champs

Cette semaine, une de nos équipes vous emmène partager le quotidien d'Ina et Mathilde. Les deux jeunes femmes exercent le même métier, vétérinaire, mais n'ont pas forcément les mêmes patients.
Cette semaine, une de nos équipes vous fait partager le quotidien de deux vétérinaires
Cette semaine, une de nos équipes vous fait partager le quotidien de deux vétérinaires
Entre les animaux d'élevage et ceux de compagnie, les vétérinaires ne manquent pas de travail en Basse-Normandie. Ils sont plus de 12 000 à exercer ce métier dans la région avec une progression de 30% ces cinq dernières années. Une de nos équipes a choisi de s'intéresser à cette profession en suivant deux jeunes femmes dans l'exercice quotidien de leur métier. Mathilde Odic exerce à la campagne, Ina Lecouturier en ville et à domicile.


Une série de quatre reportages de Stéphanie Lemaire, Matthieu Bellinghen, Fabrice Uguen et Bastien Odolant



Épisode 1/4: Un même métier mais des pratiques différentes



Intervenants :
Jérôme Barre, éleveur de vaches laitières
Mathilde Odic, vétérinaire en zone rurale
Ina Lecouturier, vétérinaire à domicile
 

Episode 2/4 : La place de l'animal 


La relation entre l'animal et son propriétaire change suivant les contextes : le lien affectif est très fort en ville, la valeur vénale plus forte à la campagne. Ces rapports entre le propriétaire et l'animal conditionnent les pratiques d'intervention des vétérinaires. 


Intervenantes :
Laurence Lepaon, maitresse de Idem
Ina Lecouturier, vétérinaire à domicile
Mathilde Odic, vétérinaire en zone rurale
 

Episode 3/4 : Vétérinaire en milieu rural : un métier difficile qui n'attire plus les jeunes diplômés


Exercer le métier de vétérinaire en milieu rural amène à une pratique très diversifiée. Diversité des espèces animales soignées (animaux de compagnie ou d'élevage), diversité lieux de travail (fermes, domiciles ou cabinet, temps de trajets importants pour visiter les bêtes) et diversité des pathologies. Ce sont des conditions exigeantes et difficiles qui sont à l'origine de la disparition des vétérinaires à la campagne et sa conséquence : la réapparition de pathologies animales qui avaient disparu.


Intervenants :
Fanny Huiban, étudiante à l'école vétérinaire de Nantes
Mathilde Odic, vétérinaire en zone rurale
 

Episode 4/4 : La santé des animaux de compagnie coûte de plus en plus cher 


Si pour les hommes, les soins sont en France pris en charge partiellement par la Sécurité Sociale et les mutuelles, il n'en n'est pas de même pour les animaux. Or le progrès médical dont les humains bénéficient profite aussi aux animaux.
Les techniques et les traitements médicaux se perfectionnent au même rythme et génèrent de ce fait des coûts de plus en plus élevés. Les propriétaires réclament bien souvent ces soins de haute qualité comme par exemple des opérations chirurgicales très élaborées ou de la chimiothérapie qui coûte environ mille euros pour une année de traitement d'un petit animal.


Intervenants :
Nicolas Durand, chirurgien vétérinaire
Michel Rousselet, chirurgien vétérinaire
Elodie, maitresse de Coca
Alexandra, maitresse de Princesse

Vétérinaire : quelques infos de plus
Il faut compter sept années d'études, au minimum, après le bac pour obtenir le Diplôme d'État de docteur Vétérinaire (DEV), nécessaire à l'exercice de la profession.
Ce diplôme se prépare dans l'une des 4 écoles nationales vétérinaires à : Maisons-Alfort (94), Lyon (69), Nantes (44), Toulouse (31), sur concours commun après un bac + 2 (classe prépa principalement). 

Cliquez sur ce lien pour voir les différents métiers vétérinaires ;  consulter le code de déontologie des vétérinaires

Les écoles : Les animaux domestiques et la loi :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
le feuilleton animaux