Garande : “Je voudrais un stade de folie, comme à Venoix !”

Patrice Garande, entraîneur du Stade Malherbe / © France 3 Basse-Normandie
Patrice Garande, entraîneur du Stade Malherbe / © France 3 Basse-Normandie

La match en retard disputé ce soir contre Nîmes se jouera encore à guichets fermés. L'entraîneur du Stade Malherbe de Caen espère un soutien inconditionnel du public alors qu'il ne manque qu'un petit point à son équipe pour assurer l'accession en Ligue 1.

Par Pierre-Marie Puaud

Un drôle de match...
 

Caen-Nîmes, un drôle de match...



A la veille de ce match que les joueurs, l'encadrement et le public espèrent décisif, l'attaquant Jonathan Kodjia et l'entraîneur Patrice Garande sont venus répondre aux questions de la presse lundi soir. L'attente autour de l'équipe est énorme. La motivation des joueurs aussi.

Conférence de presse à la veille d'un Caen-Nîmes décisif / © France 3 Basse-Normandie
Conférence de presse à la veille d'un Caen-Nîmes décisif / © France 3 Basse-Normandie


Samedi dernier, les Caennais espéraient bien se mettre à l'abri à la faveur de ce match face à Tours. Malheureusement, ce sont les Tourangeaux qui l'ont emporté 3-1 sur une équipe du Stade Malherbe crispée (Lire ici : Caen fera la fête une autre fois...). "On était un peu stressés admet Jonathan Kodjia. On n'était pas relâchés. Faut déstresser, poursuit l'attaquant, même si on sait qu'il y a de la tension, c'est normal : au bout du compte, il peut y avoir la Ligue 1." Depuis, les joueurs ont beaucoup parlé entre eux afin de surmonter le trac.

Jonathan Kodjia :
Jonathan Kodjia

La polémique entourant ce match d'abord annulé, puis reporté, puis remporté sur tapis vert par Caen avant d'être finalement donné à rejouer est derrière : "Je me suis exprimé à ce sujet après le match de Brest, je n'en dirai pas plus", tranche Patrice Garande. Le match programmé le 14 mars n'avait pas pu se jouer, les Nîmois n'ayant pu atterrir à l'aéroport en raison du brouillard (lire ici : le brouillard joue les trouble-fêteMaintenant, il y a un match à jouer. Notre motivation est toute trouvée, on n'a pas besoin d'en rajouter avec ça. Il s'est passé ce qu'il s'est passé. Il y a de l'enjeu pour les deux équipes (Nîmes a aussi besoin de prendre un point pour assurer son maintien en Ligue 2, NDLR) On est là, maintenant on joue !"

Garande "les joueurs ont besoin d'avoir un stade Debout"


"J'ai dit un mot aux joueurs au lendemain du match perdu contre Tours, pour leur redire que j'avais confiance en eux, et qu'il fallait se servir de cette défaite, explique Patrice Garande. Je leur ai juste dit qu'il faut vraiment aller chercher les choses. C'est ce qui nous a un peu manqué. On peut évoquer la peur, la fatigue de certains joueurs. Mais j'ai surtout eu un discours rassurant parce que ce groupe mérite d'aller en Ligue 1. Ils ont fait trop d'efforts pour ne pas y arriver. Il faut juste apprendre à gérer ce genre d'évènement".

Après une première partie de saison jugée mitigée, les joueurs ont senti un peu de "scepticisme" de la part du public. Et puis les résultats venant, "tout d'un coup, il y a 20 000 personnes au stade. Il y a un engouement autour. C'est très compliqué pour les joueurs. Il y a des gens qui disent : "ils vont le faire". On vient au stade pour faire la fête. Les joueurs entendent partout que c'est fait. Et nous ont lutte contre ça. Il y a ce petit point à prendre : le plus dur, c'est de finir le travail".

Patrice Garande affirme n'avoir "aucun doute", persuadé que ses joueurs seront au rendez-vous. Il en espère autant de la part du public :

Garande avant Caen-Nîmes





A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus