Caen : les syndicats s'invitent au conseil de surveillance du CHU pour dénoncer les conditions de travail

Publié le Mis à jour le
Écrit par LQ
Conseil de surveillance du CHU de Caen envahi par une délégation de salariés et de délégués syndicaux, le 27 juin 2014
Conseil de surveillance du CHU de Caen envahi par une délégation de salariés et de délégués syndicaux, le 27 juin 2014 © France 3 Basse-Normandie

Ce vendredi matin, le conseil de surveillance du CHU de Caen s'est réuni pour installer son nouveau président, le maire Joël Bruneau. Les organisations syndicales ont déposé une motion et une pétition réclamant des effectifs supplémentaires. 

Le nouveau président du conseil de surveillance du CHU de Caen (Joël Bruneau, maire UMP élu en mars dernier) a tout de suite été mis dans l'ambiance. 
Avant la réunion, 60 délégués syndicats et salariés de l'hôpital se sont invités dans la salle du conseil pour déposer leur doléances. 
Comme ils l'expliquent dans un communiqué, les délégués de l'intersyndicale ont remis au conseil une pétition signée par 1364 agents réclamant des effectifs, ainsi que des copies de plannings, "illustrant la dégradation des conditions de travail".
L’intersyndicale a ensuite fait lecture d’une motion demandant au conseil de se prononcer en faveur d’une augmentation des effectifs en urgence, notamment pour la période des congés d’été.

Joël Bruneau a écouté les prises de paroles du personnel, qui dénonce la baisse de qualité des soins et la dégradation des conditions de travail.
Mais ne s'est pas engagé sur d'éventuelles augmentations d'effectifs.
"Il est sourd aux revendications du personnel", estiment les syndicats dans leur communiqué.  

Le reportage de Rémi Mauger et Franck Bodereau (ITW : Joël Bruneau, maire de Caen, Jean-Claude Hirout, délégué CGTCHU Caen et Philippe Sinclair, délégué syndicat Sud CHU Caen)
durée de la vidéo: 01 min 34
Le personnel du CHU de Caen s'invite au Conseil de surveillance

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.