L'incendie de COPAK jugé non toxique, pour le moment, selon la Préfecture.

L'incendie de la nuit du vendredi 25 juillet sur le site de COPAK à St Etienne du Rouvray  a donné lieu à de forts dégagements de fumée, provoquant des odeurs acres et désagréables.

Des pompiers vêtus de combinaisons spéciales pour travailler en zone potentiellement toxique.
Des pompiers vêtus de combinaisons spéciales pour travailler en zone potentiellement toxique. © France 3 Haute-Normandie
Les premières analyses effectuées par les sapeurs-pompiers n'ont pas
démontré de risques toxiques dans l'usine COPAK de St Etienne du Rouvray (76). La DREAL (Direction Régionale Environnement Aménagement Logement de Haute-Normandie)  est actuellement sur place afin de pratiquer
des analyses complémentaires. Le réseau de surveillance Air normand a également été placé en vigilance.

Les eaux d'extinction se sont mélangées avec les détergents présents sur le site. Ces eaux sont en cours de pompage par une société spécialisée.
Au plus fort de l'attaque du feu, une partie des eaux d’extinction ont pu s'écouler, en surface, au delà des rétentions, sur la friche industrielle mitoyenne. Cette zone ne comporte pas de captage d'eau. Cependant, un dispositif de surveillance et de contrôle, sous l'autorité de la Préfecture (ARS – DREAL) est en cours de déploiement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter