Barentin (76) : la tension monte au Confo dépôt

D'anciens salariés du Confo dépôt de Barentin ont lancé un groupe Facebook pour dénoncer les méthodes de management des dirigeants du magasin. / © Capture d'écran Facebook
D'anciens salariés du Confo dépôt de Barentin ont lancé un groupe Facebook pour dénoncer les méthodes de management des dirigeants du magasin. / © Capture d'écran Facebook

Magasin appartenant à Conforama, le Confo dépôt de Barentin fait parler de lui. Sur les réseaux sociaux, des groupes soutenant d'anciens salariés accusent les dirigeants du magasin d'avoir eu recours à des méthodes de management litigieuses. La direction a porté plainte pour diffamation. 

Par Marie Le Roch

Le climat est tendu au magasin Confo dépôt. Enseigne du groupe Conforama, Confo dépôt a été ouvert en mars 2014, à Barentin. Après celui d'Aulnay Sous Bois, le magasin de déstockage est le deuxième du type à avoir été ouvert en France par Conforama. Depuis la mi-juillet, sur les réseaux sociaux des groupes se sont créés pour soutenir d'anciens salariés, qui auraient subi des préjudices de la part des dirigeants du magasin. 

Un salarié renvoyé chez lui en chaussettes

Vingt-cinq personnes travaillent dans ce magasin d'ameublement. Pour Isabelle Hoppenot, directrice de la communication du groupe Conforama, "c'est un véritable succès commercial".

Loin des chiffres, un groupe de soutien sur les réseaux sociaux ne cesse de grandir. Il compte plus de 500 personnes. Selon ce groupe, un salarié aurait été renvoyé chez lui en chaussettes. Ce salarié serait venu vêtu des chaussures et de la veste fournis par l'entreprise. À la fin de la journée, un membre de l'équipe dirigeante lui aurait demandé de laisser ses affaires avant de rentrer chez lui.
Le groupe Facebook de soutien compte 516 membres. / © Capture d'écran Facebook
Le groupe Facebook de soutien compte 516 membres. / © Capture d'écran Facebook

Le groupe de soutien dénonce "des conditions de travail inadmissibles". Contacté à ce sujet, la direction du magasin n'a pas confirmé les faits. 

Après un premier stage, le directeur du magasin a insisté pour que mon mari effectue un deuxième stage à Confo dépôt, avec une promesse d'embauche à la fin. Alors qu'il avait envoyé tous les papiers nécessaires pour son contrat, mon mari a été informé qu'il n'y aurait pas d'embauche, le dernier jour de son stage.   


La direction porte plainte pour diffamation

Après avoir reçu de nombreux appels anonymes au magasin, les dirigeants ont décidé de porter plainte pour diffamation. "Des personnes appellent au magasin pour nous incendier", indique l'un des dirigeants du magasin.

Depuis l'ouverture en mars 2014, un salarié avait porté plainte pour harcèlement, mais cette plainte avait été classée sans suite par la direction du Travail. "Sur ce magasin, il y a eu seulement une période d'essai arrêtée depuis l'ouverture, mais pas un seul licenciement", précise Isabelle Hoppenot, directrice de la communication du groupe Conforama.

Un conflit social

La CFDT de Rouen serait montée au créneau pour défendre ces anciens salariés du magasin. Le syndicat reste injoignable Les deux ex-salariés que nous avons contacté n'ont pas souhaité s'exprimer, expliquant que des procédures juridiques étaient engagées. En ce qui concerne la direction du groupe, "une investigation approfondie" est en cours. 

Sur le même sujet

Chevron, la sécurité dans une usine Seveso de la zone industrielle du Havre

Les + Lus