Détournements de fonds au Sénat: René Garrec parmi les bénéficiaires selon Mediapart

Le groupe UMP du Sénat est dans le collimateur de la justice. Des fonds alloués au groupe auraient été reversés, via une association écran, sur les comptes personnels de certains sénateurs. Mediapart publie ce lundi une liste des bénéficiaires.

Le sénateur René Garrec, en 2000, à l'époque président du Conseil général du Calvados.
Le sénateur René Garrec, en 2000, à l'époque président du Conseil général du Calvados. © Mychèle Daniau - AFP
Le 20 mai dernier, le quotidien "le Parisien" révélait que le Parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour détournement de fonds impliquant plusieurs sénateurs UMP. Une association, l'Union républicaine du Sénat (URS), aurait permis de faire transiter de l'argent public alloué au groupe UMP vers les comptes personnels de plusieurs élus de la Chambre haute. L'instruction a été confiée aux juges René Cros et Emmanuelle Legrand. Selon Mediapart, ces magistrats devraient auditionner très prochainement les supposés bénéficiaires de ce système. Le site internet publie ce lundi la liste des sénateurs concernés.

Parmi eux, Jean-Claude Gaudin, le président du groupe UMP au Sénat, Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense du gouvernement Fillon mais aussi René Garrec, sénateur du Calvados et membre du Comité de déontologie parlementaire du Sénat. Selon les informations de Mediapart, il aurait touché "12 000 euros en trois chèques".

Joint par le site internet d'information, l'élu bas-normand se défend de toute pratique illégale. Il explique que les sénateurs UMP n'épuisant pas leurs crédits collaborateurs (pour payer leur secrétaire et leur assistant), reversaient l'argent restant au groupe UMP. Lequel reversait plus tard cet argent sur les comptes personnels de ces élus par le biais de l'URS.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice politique