Contrat des CMN avec le Mozambique: après les bateaux de pêche, les patrouilleurs

Cette coque de trimaran en composite a été fabriquée par l'entreprise Varoise H2x. Elle a été livrée aux CMN ce mardi matin / © Sylvain Rouil
Cette coque de trimaran en composite a été fabriquée par l'entreprise Varoise H2x. Elle a été livrée aux CMN ce mardi matin / © Sylvain Rouil

Les Constructions Mécaniques de Normandie ont réceptionné ce mardi matin la première coque des trois patrouilleurs commandés par le Mozambique. Ces trimarans sont destinés à des missions de surveillance en mer.

Par CM

C'est au printemps dernier que les premiers palangriers commandés par le Mozambique aux CMN ont été mis à l'eau. Au total, ce sont 24 betaeux de pêche qui doivent être livrés par l'entreprise cherbourgeoise. Mais le contrat signé avec l'Etat africain inclut également la construction de navires à vocation militaire: trois patrouilleurs destinés à des missions de surveillance en mer. Cette phase a déjà débuté. La coque d'un des trois trimarans a été livrée ce mardi matin aux Constructions Mécaniques de Normandie. 

Ces patrouilleurs, baptisés Ocean Eagle 43, ont été conçus par le bureau d'étude des CMN. Celles-ci ont confié la fabrication des coques à l'entreprise H2X basée à la Ciotat, dans le Var, et spécialisée dans les chantiers en matériau composite (plus léger donc consommant moins d'énergie). Les équipes cherbourgeoise vont à présent assurer la motorisation et l'armement des trimarans de 43 mètres de long avant d'effectuer les essais en mer. Ces bateaux sont capable de naviguer à une vitesse de 30 noeuds (55 km/h). Le premier d'entre eux doit être livré au début de l'année prochaine.

Le contrat des CMN avec le Mozambique comporte 30 navires: 24 bateaux de pêche, 3 patrouilleurs et trois intercepteurs. Il devrait être achevé à l'été prochain. D'ici là, l'entreprise cherbourgeoise devra avoir trouver d'autres contrats mais certains pays seraient d'ores et déjà intéressés par son savoir-faire. "Les choses avancent bien sur deux ou trois gros dossiers", déclarait en mai dernier Pierre Balmer, le PDG de l'entreprise, "notamment avec le Liban avec qui ça avance bien. Il y a d'autres prospections, avec des formats de contrat identiques à celui du Mozambique, du civil et du bateau de servitude, dans d'autres pays d'Afrique".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus