Projet de déviation Canapville-Deauville: joie des automobilistes, cauchemar des écologistes ?

Les 1500 hectares des marais de la Toucques / © Photo Patrick Henry - atelier volant
Les 1500 hectares des marais de la Toucques / © Photo Patrick Henry - atelier volant

Doit-on construire une déviation Canapville-Deauville pour désengorger l'A132 reliant la cité balnéaire à l' A13 ? Le Conseil Général relance un projet vieux de dix ans. Depuis le 5 novembre et jusqu'au 23 novembre, on vous demande votre avis sur le net. 

Par E.F

Bouchons, bruit, pollution: il règne sur l'A132 une ambiance de périphérique francilien sur la côte fleurie aux abords de Deauville. La situation est plutôt fréquente en plein été.

Depuis plus de dix ans, il existe un projet, resté jusqu'ici dans les tiroirs du Conseil Général du Calvados. Une déviation Canapville-Deauville désengorgerait l'A132 reliant Deauville à l'A13. Coût de ces 4 kilomètres de voie rapide: 30,5 millions d’euros.

Un projet pour les parisiens? Du côté du Conseil Général on répond par la négative.  "Cette déviation doit permettre d'améliorer les conditions de vie des habitants de Canapville et de Bonneville sur Touques. Avec des pointes de circulation jusqu'à 30 000 véhicules par jour, la route est dangereuse." 

200 espèces protégées

Si ce projet est attendu par de nombreux automobilistes, il suscite en revanche des inquiétudes parmi les défenseurs de l'environnement. Avec plus de 200 espèces protégées sur 1500 hectares de marais, cette zone humide est précieuse. L'association Pays d'Auge Nature et Conservation ne voit pas l'utilité d'un tel projet et souligne que le Comité National de Protection de la Nature (CNPN) a également donné un avis défavorable au projet de déviation le 15 janvier 2014.

Selon son président Emmanuel Schmitt: "Une destruction de la biodiversité pourrait être engendrée massivement par ce projet. Des espèces protégées au niveau national et international seraient menacées. On va perdre une zone humide qui a pour rôle de canaliser de potentielles inondations(...) On met en danger la population locale vivant aux alentours.

En attendant, la population est consultée sur le site de la Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement du 6 au 23 novembre. Pour plus d'informations voir  le site de la DREAL.

Reportage d'Emilie Flahaut et Cyril Duponchel
Intervenants:
- Yves Deshayes, conseiller général et maire de Pont-l'évêque
- Emmanuel Schmitt, président Pays d'Auge nature et conservation

Déviation Canapville-Deauville: joie des automobilistes, cauchemar des écolos ?



Sur le même sujet

Eolien : inquiétude et méfiance au Tréport et à Dieppe

Les + Lus