Les abattoirs AIM en redressement judiciaire dans l'espoir d'un repreneur

Sans surprise, le tribunal de commerce de Coutances a placé mardi en redressement judiciaire les abattoirs normands AIM, qui emploient près de 600 personnes à Ste Cécile (50), Vire (14) et Antrain (35), dans l'espoir de trouver rapidement un repreneur. Prochaine audience : le 24 février prochain.

Trouver un repreneur

L'entreprise fait l'objet d'une période d'observation de six mois, a précisé Élise Brand, l'avocate du comité central d'entreprise, en annonçant à la mi-journée la nouvelle à plusieurs centaine de salariés rassemblés devant le tribunal. Selon elle, la survie de l'entreprise n'est envisageable qu'à condition qu'elle soit rapidement cédée à un repreneur, compte tenu de l'état de sa trésorerie.

Syndicats, salariés et élus présents à Coutances

A l'appel des syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC, entre 350 et 500 salariés (selon la police et selon la CFDT) s'étaient rassemblés mardi matin devant le tribunal de commerce de Coutances, où l'audience a débuté peu après 11h00. Un groupe d'une dizaine de fonctionnaires des services vétérinaires, appelés à intervenir régulièrement dans les établissements du groupe, participait également à la manifestation, de même que de nombreux élus locaux, dont le président de la région Basse-Normandie, Laurent Beauvais, craignant pour les emplois.

"Un repreneur oui, mais à quelles conditions ? Nous ce qu'on ne veut pas, c'est un petit Gad", avait résumé lundi Johnny Poisnel, délégué CFDT d'AIM à la sortie d'un comité central d'entreprise (CCE).

Pour la direction, toutefois, "on n'en est pas du tout au stade de savoir s'il va y avoir une restructuration industrielle. Il s'agit de demander un redressement judiciaire, pour trouver un ou plusieurs investisseurs sur lesquels s'adosser", a-t-elle fait savoir, précisant qu'elle espérait boucler son tour de table dans les "premiers mois" de 2015.



Mais selon Me Brand : "on a déjà fait comprendre aux représentants du personnel que la messe était dite et que le repreneur était déjà trouvé, que la casse sociale serait énorme. C'est déplorable".

Les raisons : la crise ou mauvaise gestion ? 

Comme chez Gad, la direction des AIM met en avant l'embargo russe sur le porc européen, mais aussi "la concurrence de l'Allemagne et de l'Espagne
sur l'espèce porcine avec l'utilisation du dumping social"
, ou "la guerre des prix de la grande distribution" pour expliquer des "difficultés de trésorerie".

"Il a bon dos l'embargo russe", rétorque M. Poisnel qui, à l'instar des autres syndicalistes dénonce "la gestion de l'entreprise" depuis le rachat en 2003 par l'actionnaire principal actuel CAP 50. "Cette direction, on n'en veut plus. On préfère un repreneur plutôt qu'une bande de truands qui a coulé le bateau", a déclaré mardi dans la manifestation Jean-François Monnereau, délégué CFDT de l'établissement d'Antrain.

Quid des salaires ? 

Les salariés d'AIM ont particulièrement mal vécu d'avoir dû passer Noël en n'ayant perçu en décembre que 800 euros au lieu des 3.000 (salaire
de décembre plus 13e mois) qu'ils auraient dû recevoir en moyenne, selon la CFDT. Le conseil général de la Manche a partiellement compensé cette mauvaise nouvelle en faisant un don de 500 euros à la plupart des salariés normands.

La direction d'AIM explique qu'elle fait face à "une impasse de trésorerie" et précise que l'AGS (organisme qui garantit le paiement des salaires
en cas de défaillance des entreprises), pourra verser le complément de salaire après l'ouverture du redressement judiciaire.