Vers un hôpital unique pour Avranches et Granville ?

Le Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier Avranches-Granville s'est prononcé ce vendredi en faveur d'un site unique. Cet avis suscite la colère des usagers et de certains élus.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce n'est qu'un avis consultatif qui a été rendu ce vendredi. Mais celui-ci pourrait préfigurer la décision que doit prendre l'Agence Régionale de Santé avant l'été. En 2014, le déficit des hôpitaux de Granville et Avranches (une même structure administrative depuis 1992) était de 4 millions d'euros. Le déficit cumulé, sur les cinq dernières années, s'élève lui à près de 16 millions d'euros. C'est dans ce contexte que le Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier Avranches-Granviille était invité ce vendredi à se prononcer sur l'avenir de cette structure.

Plusieurs scénarios étaient à l'étude. Mais c'est sur un seul d'entre eux, la création d'un site unique, que la commission a été amenée à se prononcée. Sur les 14 votants, 9 voix se sont exprimées en faveur de cette option (4 voix contre et une abstention). Le président de la communauté de communes Avranches - Mont Saint-Michel, Guénahel Huet, a participé au vote et exprime ce samedi matin dans les colonnes de nos confrères de Ouest-France sa colère. "Je comprends le point de départ de la réflexion, pas celui d'arrivée qui est totalement disproportionné", déclare l'ancien maire d'Avranches.

Du côté des usagers, la grogne monte également. Le Comité des Usagers pour la Défense de l’Hôpital Public de Proximité a tenté de s'inviter à cette réunion pour faire valoir son point de vue. Dans un communiqué, il dénonce une question votée "en catimini".