2023, une belle année pour le cinéma : "On se rapproche de l'avant pandémie"

Les professionnels du cinéma normand dressent un bilan très positif de l'année passée. La fréquentation des salles obscures a augmenté en 2023, jusqu'à talonner, voire dépasser pour certaines, "l'avant pandémie". Détails.

Barbie, Oppenheimer, le nouvel Indiana Jones... Ils ont cartonné cette année, remplissant les salles obscures et redonnant de l'espoir aux professionnels du cinéma, dont les bilans étaient en demi-teinte depuis la crise sanitaire.

Les Normands adorent le cinéma

"Les salles normandes progressent même mieux que les salles françaises", relève même Richard Patry, exploitant des cinémas NOÉ et président de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF).

On surperforme en Normandie par rapport au reste de la France.

Richard Patry

à France 3 Normandie

Une fréquentation en hausse qui peut s'expliquer par la variété des films à l'affiche mais aussi par un réel dynamisme du cinéma français.

"Les blockbusters restent les blockbusters, mais il y a beaucoup de films français dans le classement", note Richard Patry. Alibi.com 2, Astérix et Obélix : L'Empire du milieu et Les Trois Mousquetaires - D'Artagnan figurent ainsi dans le top 10 du box-office 2023. "On est très content."

+ 17 à + 31% de fréquentation

Dans le détail, en 2023, 114 000 spectateurs se sont rendus dans les salles obscures à Deauville (+ 24% par rapport à 2022), 20 000 à Houlgate (+ 17%), 111 000 à Fécamp (+ 24%), 103 000 à Elbeuf (+ 18%) et 151 000 à Pont-Audemer (+ 24%).

À Yvetot, on comptabilise ainsi 213 000 spectateurs (+ 27%), presque autant qu'avant la pandémie (en 2019, 217 000 spectateurs s'y étaient rendus au cinéma). 

Certaines salles explosent même les compteurs. À L'Aigle, le nouveau cinéma a fait doubler la fréquentation (48 000 spectateurs en 2023), et Montivilliers, dans la banlieue du Havre, compte même 3 000 cinéphiles de plus qu'en 2019 (221 000, + 31% par rapport à 2022) !

Multiplex ou art et essai, même constat

Du côté de l'Omnia, à Rouen, 2023 rime avec nouveau record. "Avec plus de 280 400 entrées payantes" réalisées en 2023, le cinéma d'art et d'essai a réalisé "sa meilleure année depuis sa création, augmentant de 140% sa fréquentation par rapport à 2022 et de 15% par rapport à 2019", se félicite la structure sur les réseaux sociaux.

En tête de son box-office : la Palme d'Or 2023, Anatomie d'une chute, de la Fécampoise Justine Triet... Une victoire de plus pour la Normandie.

"C'est un pied de nez à ceux qui voulaient enterrer le cinéma, qui disaient que Netflix allait nous tuer", assure Hervé Aguilard, directeur de l'Omnia. "Une salle de proximité, c'est important."

Au Lux à Caen, autre salle d'art et d'essai, les chiffres aussi sont bons avec 175 000 entrées (+ 19,7% par rapport à 2022). "L’année 2023 est la première année depuis 2019 à ne pas avoir connu de restrictions sanitaires", analyse Gautier Labrusse, son directeur, dans un communiqué, évoquant un été porté par le "phénomène Barbenheimer".

La France enregistre une des reprises de fréquentation les plus dynamiques au monde, en étant essentiellement portée par la production nationale.

Cinéma Lux de Caen

dans un communiqué

Les statistiques des multiplex de l'agglomération de Rouen confirment la tendance. "On a atteint les objectifs de nos deux sites", se réjouit Arnaud Delalondre, directeur du Gaumont Grand-Quevilly (615 000 entrées, + 20%) et du Pathé Docks 76 (683 000 entrées, + 15%).

"2023 est encore en dessous de 2019, mais il y a un vrai rebond du cinéma. Il y a encore du travail, on attend 2024, mais on s'attend à un début d'année où les films français vont avoir la part belle", conclut l'exploitant.

Des films français, mais pas que. Cette nouvelle année sera marquée par quelques grosses sorties internationales. Dune : Deuxième partie, Joker : Folie à Deux ou encore Moufasa : Le Roi Lion en live action... De quoi, définitivement, tirer un trait sur la crise sanitaire.