Quels sont les poissons à privilégier pour préserver les stocks ?

Pêche aux maquereaux - 31 juillet 2018 à Ouistreham - / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Pêche aux maquereaux - 31 juillet 2018 à Ouistreham - / © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Merlu de l'Atlantique, coquille Saint-Jacques, au moins la moitié des volumes de la pêche française provient de stocks de poissons « bien exploités », a indiqué l'Ifremer dans son bilan 2018. Revue des stocks 

Par Pauline Latrouitte

Selon ce bilan 2018 des ressources halieutiques françaises :

48% des volumes des pêches de France métropolitaine proviennent de stocks "bien exploités", c'est-à-dire que la pression de la pêche n'altère pas leur capacité à se reproduire.
- A l'inverse, un poisson sur quatre que nous consommons est surpêché
- Le dernier quart correspond à des stocks pour lesquels il n'existe pas suffisamment de données pour faire une estimation de leur santé.


La Mer de la Manche, plutôt bonne élève

Le secteur Mer du Nord et Manche-Est présente le pourcentage de débarquements issus de stocks bien exploités le plus élevé (65%) et de stocks surpêchés le plus faible (20%). Le bilan est moins bon en Manche Ouest – mer Celtique, avec 39% des débarquements issus de stocks bien exploités et 28% surpêchés.

Quelles sont les espèces à privilégier ou à bannir ?

Tout dépend de la zone de pêche. Certaines espèces se portent mieux dans certains endroits plutôt que d'autres.

Espèces à privilégier :
-  la coquille Saint-Jacques en baie de Seine et en baie de Saint-Brieuc, le thon rouge en Méditerranée ou encore la sole du golfe de Gascogne, le merlu de l'Atlantique, le Cabillaud de Norvège, la plie, le lieu noir.

Espèces surexploitées : le maquereau de l'Atlantique, le merlan et l'églefin de mer celtique et de mer du Nord, le cabillaud de mer celtique et de mer du Nord,  le merlu de Méditerranée, le bar, (voir encadré)

Alain Biseau de l'Ifremer invite les consommateurs à :

regarder sur les étiquettes non seulement l'espèce mais la zone de pêche du poisson.

 

Objectif  : un poisson sur cinq

Aujourd'hui, un poisson sur quatre que nous mangeons est surexploité. Il y a quinze ans, nous étions à plus de trois poissons sur quatre. Il faut donc saluer cette amélioration, mais ne pas baisser la garde. La pression de pêche a certes diminué mais des efforts restent à faire si l'on veut honorer l'objectif européen, à savoir : un taux de prélèvement de 20%. C'est-à-dire qu'il faudrait pêcher un poisson présent dans la mer sur cinq.

 

L’état du stock du nord est préoccupant : la valeur de biomasse pour 2017 est la plus faible de l’historique. / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME
L’état du stock du nord est préoccupant : la valeur de biomasse pour 2017 est la plus faible de l’historique. / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME


 

Situation préoccupante pour le bar et actions de recherche menées à l’Ifremer

Le bar est suivi sur quatre stocks au plan européen, dont deux importants pour la France :

  • le premier concerne la Manche – mer du Nord – mer Celtique dit « stock du nord »

L’état du stock du nord est préoccupant : la valeur de biomasse pour 2017 est la plus faible de l’historique. Les projections pour 2019 laissent présager une légère hausse, mais la biomasse restera proche du seuil limite.

Pour une meilleure évaluation des stocks, les travaux de recherche menés par l’Ifremer sur le bar ces dernières années ont permis de mieux comprendre les stratégies de migration en marquant plus de 1200 bars adultes, de développer un protocole d’échantillonnage dans les zones de nourricerie, d’améliorer les connaissances de l’espèce comme la taille à maturité, ou encore de mettre au point une série d’indices d’abondance pour les bars adultes depuis 2000 à partir des rendements des navires français. Une nouvelle campagne scientifique est en cours jusqu’au printemps avec le marquage de 2000 bars adultes au large de la Gironde, pour mieux connaître la diversité des zones d’alimentation. Précisions sur le site wwz.ifremer.fr/bar

Sur le même sujet

Vincent Chatelain pilote de manège à Festylland - Vachement Normand ! 12 octobre 2019

Les + Lus