Après l'incendie, mobilisation générale à l'école des Tilleuls de Mondeville pour une "rentrée normale"

Publié le
Écrit par CM
Réaménagement de salles de classe en cours à l'école des Tilleuls après l'incendie qui a ravagé une partie du premier étage le 5 août dernier.
Réaménagement de salles de classe en cours à l'école des Tilleuls après l'incendie qui a ravagé une partie du premier étage le 5 août dernier.

Le 5 août dernier, un incendie a ravagé une partie du premier étage de cette école primaire. La maire de Mondeville assure que les écoliers auront une "rentrée normale" le 2 septembre prochain. Tous les services municipaux sont mobilisés.

"Tout s'organise dans l'urgence mais on essye d'être les plus sereins possibles", confie un employé de la mairie de Mondeville. A l'école des Tilleuls, c'est le branle-bas de combat. Au programme : grand ménage et déménagement. A moins de deux semaines de la rentrée, une course contre la montre s'est engagée. Car l'accueil des 450 élèves devra se faire sans le premier étage de l'établissement, un premier étage en partie ravagé par les flammes et dont des employés municipaux barrent l'accès en clouant ce lundi matin des panneaux de bois.

Nicolas Gosselin, le directeur de cabinet d'Hélène Burgat, la maire de Mondeville, avance prudemment dans la "zone sinistrée", entre gravats et objets calcinés. La sécurisation du secteur est en cours. La toiture, ravagée par les flammes, a été recouverte d'une bâche. "L'incendie a démarré au niveau d'une salle de direction et d'une salle d'enseignants. Les salles sont totalement détruites et le couloir fortement endommagé avec la charpente qui est partie en fumée. Des toilettes ont aussi été complètement détruites." La remise en état nécessitera "des travaux assez lourds".

L'autre partie du premier étage, si elle n'a pas été endommagée, a été recouverte de suie quand les sapeurs-pompiers ont ouvert la porte-coupe feu pour éteindre l'incendie. Une équipe de nettoyage sépcialisée et agréée est intervenue mais les pièces concernées ont été placées sous scellés, le temps de l'enquête. La municipalité espère récupérer l'usage d'une partie du premier étage à la Toussaint.

"Pour les enfants, ce sera une rentrée normale"

En attendant, ce sont pas moins de six salles de classe qu'il faut "recréer" au rez-de chaussée du bâtiment. "Aucun enfant ne sera envoyé dans un autre lieu", assure Nicolas Gosselin, soulignant "la mobilisation très forte" des services municipaux mais aussi de l'Etat et du département. "La vie sera un peu différente pour les adultes - on travaille avec les enseignants et l'inspection académique - mais pour les enfants, ce sera une rentrée normale. La seule chose qui va changer, c'est le périscolaire : l'accueil des enfants par les services de la Ville le matin et le soir se fera à l'extérieur du bâtiment mais juste à côté. On a obtenu l'agrément de la PMI grâce à la préfecture et au Département."

Outre le réaménagement des locaux, des achats de matériel sont en cours pour remplacer ceux détruits par l'incendie. Ce lundi matin, à moins de deux semaines de la rentrée, une bonne nouvelle est tombée : un bloc sanitaire extérieur va être rapidement installé avant le 2 septembre. "On sera dans un mode un peu dégradé", reconnaît cependant la municipalité.

Retour à la normale : entre un et deux ans

Si une remise en service partielle du premier étage est espérée pour le retour des vacances de la Toussaint, un retour à la normale prendra beaucoup plus de temps. "Les travaux dureront entre un et deux ans sur la partie sinistrée en fonction des contraintes de commandes publiques, des contraintes d'approvisonnement mais aussi de la disponibilité des entreprises", explique Nicolas Gosselin.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.