Balle perdue dans une chambre d'enfant : un chasseur convoqué au tribunal

Samedi 28 novembre, à Courtonne-les-deux-églises, une mère de famille avait retrouvé une munition logée dans le mur au-dessus du lit de sa fille. L'homme soupçonné d'être l'auteur du tir a été arrêté et entendu par les gendarmes. Il passera devant la justice en janvier.

 
La balle retrouvée est destinée à du gros gibier comme les sangliers ou les chevreuils.
La balle retrouvée est destinée à du gros gibier comme les sangliers ou les chevreuils. © Stéphane l'Hôte
La munition est une balle de calibre 12 mm utilisée habituellement pour la chasse au gros gibier, sanglier ou chevreuil. La balle a traversé la toiture puis s'est logée dans le mur de la chambre de la fille.

Courtonne-les-deux églises est un  petit bourg rural de 650 habitants situé entre Orbec et Lisieux. La maison où l'accident est arrivé, est située près d'un bois de la commune. 
  

La fédération de chasse en colère

"C'est inadmissible" le président de la Fédération des chasseurs du Calvados est catégorique. "Nous suivons avec beaucoup d'attention cette affaire. J'espère que le coupable sera appréhendé" expliquait il y a quelques jours  Jean-Christophe Aloé.

"On a deux groupes de chasseurs dans ce coin de Normandie. Je n'ose pas croire que cela puisse être un chasseur de nos équipes. Les règles de chasse sont très claires. Il est strictement interdit de tirer en direction d'une habitation, d'une route, d'une voie ferrée. Tous les chasseurs le savent. C'est la base."
 

Les règles de chasse sont très claires. Il est strictement interdit de tirer en direction d'une habitation, d'une route, d'une voie ferrée. Tous les chasseurs le savent.

Jean-Christophe Aloé, président de la fédération des chasseurs du Calvados

"Et puis, il y a la règle des 30° qui donne un angle de tir à chaque chasseur. On voit parfois passer du gibier et on ne le tire pas car les règles de sécurité ne sont pas respectées. A chaque sortie de chasse, les règles sont rappelées. Les chefs de ligne sont responsables de deux ou trois chasseurs lors d'une battue et veillent au respect des règles. Bien sûr, il y a des balles qui ricochent, mais je ne pense pas qu'on soit dans ce cas de figure. Nous sommes derrière la gendarmerie pour savoir qui a fait ça". 

Apparemment le travail de la gendarmerie d'Orbec a porté ses fruits. L'homme passera devant la justice le mois prochain.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident de chasse accident