Accusé de faire "la chasse au Ramadan", Stéphane Moulin, l'entraîneur du SM Caen, veut attaquer en justice

Dans un débat diffusé sur Twitter dans la nuit de dimanche à lundi, le journaliste sportif Romain Molina a multiplié les accusations. L'une d'entre elles vise l'actuel entraîneur du Stade Malherbe de Caen. Stéphane Moulin dément fermement et envisage une action en justice.
Stéphane Moulin, l'entraîneur du Stade Malherbe de Caen
Stéphane Moulin, l'entraîneur du Stade Malherbe de Caen © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

C'est lors d'une discussion audio (Space) diffusée en direct sur twitter en pleine nuit ce lundi 13 septembre que le journaliste Romain Molina, auteur de plusieurs enquêtes sur le monde du sport, s'est littéralement lâché, multipliant les accusations : des matchs de football organisés par une organisation terroriste, des agressions sexuelles commises par un international français, une joueuse poussée à l'avortement par son président. Dans bon nombre de ces affaires potentiellement explosives, le journaliste se garde bien de citer des noms. En revanche, il ne fait pas preuve d'autant de précautions quand il évoque l'actuel entraîneur du Stade Malherbe de Caen, Stéphane Moulin, qui, selon lui, faisait "la chasse au ramadan" quand il était au SCO d'Angers.

Invité chez nos confrères de France Bleu Normandie, le coach du SM Caen s'est dit "extrêmement choqué" par ces accusations et s'est vigoureusement défendu de tout racisme visant les personnes d'origines maghrébines, citant notamment les deux derniers capitaines du SCO d'Angers quand il était entraîneur ou les récentes recrues du club normand. Concernant plus spécifiquement le ramadan, le coach du Stade Malherbe explique à nos confrères de France Bleu qu'il demande aux joueurs de s'abstenir de faire le jeûne les jours de matchs "simplement pour les protéger sur le plan physique". Et d'annoncer qu'il compte porter plainte en diffamation.

Une annonce qu'il réitère dans un communiqué diffusé ce mardi soir sur le site internet du Stade Malherbe de Caen : "je me laisse le droit de poursuivre M.Molina pour ces propos diffamatoires et très graves". L'entraîneur du club normand se défend une nouvelle fois de toute accusation de racisme : "Grâce à ce métier, j’ai pu depuis de nombreuses années, découvrir des hommes et des personnalités venant d’horizons très différents. Je me nourris quotidiennement de l’aspect multiculturel que l’on peut retrouver dans le coaching et le management", déclare Stéphane Moulin, "je n’ai jamais pris en considération des appartenances ethniques et religieuses dans la gestion de mes groupes." A la fin du communiqué, le Stade Malherbe de Caen, "ses joueurs, son staff professionnel et ses dirigeants", annonce soutenir "publiquement" le coach mis en cause par Romain Molina.

Le journaliste sportif semble de son côté maintenir ses accusations. "Cool, le tribunal va être ravi de voir le dossier dont je dispose ! Bon courage pour assumer derrière par contre Stéphane. On se voit bientôt donc !", lance Romain Molina sur twitter

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sm caen football sport polémique société justice