Après "une première mi-temps à l'envers", le Stade Malherbe de Caen arrache le nul sur penalty à Bastia

Dominé une très large partie de la rencontre, le club normand a arraché ce samedi soir le nul à Bastia dans les toutes dernières minutes grâce à Alexandre Mendy.

"Heureusement on a fait ce qu'il fallait en deuxième mi-temps parce qu'on n'a pas fait ce qu'il fallait en première. On a eu le mérite d'y croire jusqu'au bout. Ce qui est déjà pas mal (...) On a réussi à prendre un point. On fait le dos rond, comme on dit. C'est un bon point, compte tenu du scénario du match." Le scénario avait en effet tout du film catastrophe ce samedi soir à Bastia où les Corses ont ouvert le score à la 13e minute et dominé toute la rencontre. avant que les Normands sauvent leurs têtes, in extremis, dans le temps additionnel.

Dans un stade survolté, le Sporting Club Bastiais impose son rythme aux Normands, bien aidé par la tête renversée de Santelli qui lobe le portier caennais à la 13e minute et ouvre le score. Une véritable douche froide pour les joueurs du Stade Malherbe qui, s'ils se montrent dangereux à quelques occasions, subissent plus qu'ils n'imposent sur le terrain. Riou, pris à défaut en début de rencontre, évite le pire, un break corse, en réalisant un superbe arret à la 37e minute. Il s'en est fallu de peu que Cen soit mené 2-0 à la mi-temps.

"On a déjà utilisé 24 joueurs après huit journées ce qui est énorme"

En conférence de presse d'après-match, Stéphane Moulin évoque "une première mi-temps à l'envers". L'entraîneur plaide sa part de responsabilité. Confronté à des nombreuses absences, il a dû changer l'organisation de l'équipe. "On est actuellement en train de courir constamment après des joueurs qui sont en forme. Il y a des niveaux de forme trop disparates sur le terrain ce qui fait qu'on sent qu'on n'est pas du tout homogène. Et puis on a tellement d'absents qu'à un moment donné c'est compliqué", explique le coach du SM Caen, "On a déjà utilisé 24 joueurs après huit journées ce qui est énorme."

Mais l'infirmerie et un changement d'organisation n'explique pas tout. Sur cette première mi-temps, "en matière d'engagement, d'investissement, on était en dessous", extime Stéphane Moulin, "Dans l'investissement, on a retrouvé la première mi-temps qu'on avait joué à Ajaccio et je n'ai pas aimé du tout. On peut rater des choses. On en a beaucoup raté en deuxième période mais on a aussi haussé le curseur de l'invetsissement, de l'engagement, dans le volume, dans l'intesité. On aurait pu ne pas revenir mais on a fait ce qu'il fallait pour ça. Il faut qu'on arrive à être beaucoup plus constant dans la durée."

La bonne étoile de Malherbe

Cette deuxième mi-temps a pourtant commencé par une grosse occasion corse à la 52e minute, une occasion manquée pour cause de hors-jeu.  Après trois changements, les Normands semblent retrouver de l'ardeur au combat. Mais le danger est plus souvent du côté des buts caennais (65e et 69e). Malherbe a peut-être une bonne étoile. En toute fin de rencontre, le club normand décroche un penalty. Alexandre Mendy, de retour de suspension, ne loupe pas son tir, inscrit son sixième but de la saison et évite à son équipe la défaite.

Le Stade Malherbe de Caen est actuellement à la neuvième place du classement de ligue 2. Prochain rendez-vous ce mardi 21 septembre à domicile face à Dijon. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sm caen football sport