Colore Caen : après une course, des cheveux colorés à la mode licorne

Publié le Mis à jour le
Écrit par S L

La colore Caen, c’est une course de 5 km où les participants sont généreusement saupoudrés de pigments colorés. Elle a eu lieu il y a bientôt une semaine. Mais les pigments roses, bleus ou jaunes sont toujours incrustés dans les chevelures. 

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Avoir une chevelure de licorne, ou aller au travail coiffé de vert… ces expériences ont été nombreuses au lendemain de la Colore Caen de dimanche dernier.
Cette course consiste moins à courir qu’à traverser des nuages de poussière colorée. Les 3 200 participants ont ramené chez eux des nuances de jaune, de rouge, de bleu et de vert.
 
 

Le problème, c'est que ces pigments sont censés être éphémères. Cette fois, ils ont teinté durablement les chevelures de nombreux coureurs, résistant aux shampoings multiples. Aude, cheveux blonds méchés, a eu droit à quelques zébrures vertes mâtinées d'un soupçon de jaune.



Au total dimanche soir, j’ai fait cinq shampoings, en vain. J’ai tenté aussi les masques au lait de coco  mais j’ai compris que ça ne partirait pas. 

Certains n’ont pas hésité à tenter le tout pour le tout : citron, aspirine, bicarbonate de soude ont été testés. De pâles remèdes face aux pigments rebelles et flashy. Sur les réseaux sociaux fleurissent ces expériences inutiles.  
 


Alors les salons de coiffure accueillent encore aujourd’hui les naufragés capillaires. Sanae Maignan, coiffeuse à Caen depuis 2 ans, explique :
« Les poudres tiennent surtout sur les cheveux clairs, méchés ou décolorés, et les bases poivre et sel. J’ai reçu hier un monsieur avec des cheveux gris et blancs devenus complètement verts ! La solution pour lui ça a été de faire des gommages du cuir chevelu. »  D’autres devront aller jusqu’à la décoloration pour dire adieu à « la couleur toucan. »
 


L’organisateur de la course, Grégory Brussot, ne s’explique pas ce phénomène.

La poudre que l’on utilise est la même depuis 4 ans, le fabricant n’a pas changé et il nous a assuré ne pas avoir modifié la composition.

Le produit contiendrait de la fécule de maïs et 1% de colorant alimentaire. Et vu le budget atteint (15 000 euros environ), Grégory Brussot se dit contrarié. «Il est normal que les participants s’interrogent, et si le prestataire ne fournit pas d’explication, on pourrait ne pas organiser de course l’an prochain. »

Il reconnait que l'an passé, il avait déjà reçu quelques messages, pour ce même problème de coloration intempestive. Une dizaine, selon lui, mais cette fois, les réactions sont bien plus nombreuses.

Les participants quant à eux se montrent souvent philosophes comme Aude : «Il a fallu que je sorte dans la rue avec des cheveux verts, mais j’échelonne quand même mes soucis. »
Une fois les dernières traces de pigments envolés, il restera sûrement des souvenirs tenaces de cette édition 2019 un peu particulière.
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité