A Caen, les écoliers repassent à la semaine de quatre jours

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Les "nouveaux" rythmes scolaires mis en place par le ministre de l'éducation Vincent Peillon ne seront plus d'actualité à la rentrée prochaine à Caen. Les différents conseils d'école se prononcés en majorité en faveur d'un retour à la semaine de quatre jours.

Par CM

Le mercredi redeviendra à la prochaine rentrée "le jour des enfants" pour les petits Caennais. La réforme des rythmes scolaires mise en place en 2013 par Vincent Peillon, alors ministre de l'éducation, est progressivement abandonnée. En septembre dernier, ce sont près d'un tiers des écoles en France qui avaient fait le choix de revenir à la semaine de quatre jours, selon les chiffres du ministère de l'Education nationale.

Le mouvement se poursuit, notamment pour une question de financement des TAPS (activité périscolaires), selon les maires. L'assouplissement des règles, en matière de rythme scolaire, était intervenu trop tardivement l'an dernier pour que les communes, qui avaient déjà recruté du personnel pour les TAPS de la rentrée 2017, fassent marche arrière.

73% pour

A Caen, la réflexion autour d'un retour à la semaine de quatre jours a été lancée dés le mois de septembre. Les 37 conseils d'écoles de Caen ont été invités à s'exprimer sur ce dossier et se prononcés à 73% pour l'abandon de la semaine à 4,5 jours. Cette décision fera l'objet d'une délibération au prochain conseil municipal avant l'envoi d'une demande officielle au directeur académique des services de l'Education nationale.

Selon la municipalité de Caen, ce retour à la semaine de quatre jours va permettre de dégager des moyens financiers pour "améliorer le quotidien des élèves et des enseignants" (plus de remplacements d'ATSEM, investissement dans le numérique, plus d'équipements de motricité en maternelle) et "un meilleur accompagnement à la scolarité des élèves" (accompagnement individuel des élèves en difficulté après la classe sur toute la ville, augmentation du budget transports pour les sorties culturelles).


Sur le même sujet

Caen: Deux jours après la rentrée, le lycée Malherbe déjà bloqué

Les + Lus