Caen : l'abattage des arbres de la place de la République est une "opération commando outrageante" estime l'opposition

45 tilleuls de la place de la République ont été sciés ce mardi matin, là où doit être érigé un centre commercial. Les riverains sont surpris. L'opposition elle, dénonce un passage en force car des recours contre ce projet tant décrié sont encore en cours.

La cinquantaine de tilleuls de la place de la République a été plantée après la guerre. A la mi-journée, il n'en restait plus que 4. Ceux là devraient être replantés.
La cinquantaine de tilleuls de la place de la République a été plantée après la guerre. A la mi-journée, il n'en restait plus que 4. Ceux là devraient être replantés. © F. Besnier / FTV

Elle s'appele Suzanne, elle a bientôt 10 ans et elle a assisté ce matin à l'abattage des tilleuls de la place de la République avec une quarantaine d'autres personnes. Toutes éberluées et choquées. 

Suzanne fait partie de la quarantaine de personnes réunies ce matin pour protester contre l'abattage des tilleuls.
Suzanne fait partie de la quarantaine de personnes réunies ce matin pour protester contre l'abattage des tilleuls. © F. Besnier / FTV

Les barrières pour délimiter le périmètre et empêcher les habitants ( et les opposants ) ont été installées vers 5 heures du matin et les scies sont entrées en service vers 8h. Il a suffi d'une matinée pour supprimer 45 des 49 tilleuls de la place de la République plantés après la seconde guerre mondiale, symboles de la reconstruction de cette ville meurtrie et détruite à 75 %. Quatre devraient être replantés dans un autre site, loin de cette place où doit voir le jour un centre commercial très décrié, qui a été au coeur de la campagne des municipales l'an dernier.

"Je suis dépitée, explique Florence Alves, habitante de Caen, c'est la  folie des hommes, c'est vraiment  n'importe quoi ! Les arbres sont précieux, on avait une forêt urbaine et sous pretexte que Caen va planter quelques nouveaux arbres, on abat ces arbres de l'après-guerre qui ont pansé les plaies de la guerre. C'est lamentable, les recours ne sont même pas terminés ! Qu'est-ce-qu'on offre comme spectacle à nos enfants ? Qu'est ce qu'on leur offre comme espoir ? Je pense que l'on ne mérite pas la terre. Bravo M. le maire ! Tout ça pour une halte gourmande ! Il y aura bien deux ou trois andouilles dedans, mais ce sera surtout un grand centre commercial, un temple de la consomamtion qui va prendre la place sur ces tilleuls. Je suis dégoutée, peinée au plus profond. Il n'y a pas de mot. 

Je pense que l'on ne mérite pas la terre. Bravo M. le maire ! Tout ça pour une halte gourmande ! Il y aura bien deux ou trois andouilles dedans, mais ce sera surtout un grand centre commercial !

Florence Alves, habitante de Caen

 

Grosse colère 

Dans la foule, Xavier Le Coutour, n'en revient pas : "C'est une immense colère, une immense déception pour Caen et les Caennais et pour l'environnement. C'est un passage en force et un aveu de faiblesse de la part du maire et de son équipe. Il est incapable de supporter la contradiction !"

C'est un passage en force et un aveu de faiblesse de la part du maire et de son équipe. Il est incapable de supporter la contradiction !

Xavier Le Coutour, conseiller municipal d'opposition à Caen

Conseiller municipal depuis 25 ans, Xavier Le Coutour (groupe "Citoyens à Caen)  incarne l'opposition à ce projet de centre commercial. Le toilettage de cette place est depuis plus de trois ans un sujet de crispation qui fait écho aux préoccupations de l'époque sur l'environnement et le réchauffement climatique.

Xavier Le Coutour a déposé deux recours. Le premier, devant le Conseil d'Etat, n'a pas été admis à être jugé. Et le deuxième, contre la vente du terrain appartenant à la ville à un promoteur privé, est en cours. Avec les Verts emmenés par Rudy L'Orphelin, ils ont également contesté l'abattage des arbres devant le Tribunal administratif. 

"Ce sujet de l'abattage des arbres aurait pu être un bon sujet de référendum municipal, renchérit Xavier Le Coutour,  mais apparemment Joël Bruneau n'écoute pas ses opposants. C'est une opération commando choquante et outrageante ! Cela me fait penser à Erdogan en Turquie et aux arbres de la place Taksim à Istanbul !"

Sur cette capture d'écran de Google Maps, la place de la République avec des arbres sur sa partie ouest, des arbres qui ont désormais disparu.
Sur cette capture d'écran de Google Maps, la place de la République avec des arbres sur sa partie ouest, des arbres qui ont désormais disparu. © Google maps

Des arbres malades ?

En fin de matinée le maire LR de Caen, Joël Bruneau, tient une conférence de presse avec l'entrepreneur qui a procédé à l'abattage. Quelques opposants tentent d'entrer dans la mairie mais ils ne sont pas les bienvenus.

Quelques opposants ont essayé d'entrer dans la mairie.
Quelques opposants ont essayé d'entrer dans la mairie. © F. Besnier / FTV

Pour Joël Bruneau, l'abattage des tilleuls était inéluctable : "45 des 49 tilleuls étaient malades. Ils auraient dû être abattus tôt ou tard. Ils étouffaient  et souffraient d'un environnement pas adapté, trop serrés les uns contre les autres." a-t-il expliqué en s'appuyant sur le diagnostic établi par l'ONF le 17 décembre dernier et dont voici les conclusions.

Dans ses conclusions, l'ONF recommande d'abattre seulement 26 tilleuls et non 45 comme cela a été fait ce mardi 23 février.
Dans ses conclusions, l'ONF recommande d'abattre seulement 26 tilleuls et non 45 comme cela a été fait ce mardi 23 février. © ONF

Le maire de Caen pense à la suite : "Les fouilles vont pouvoir commencer à une date indéterminée. Elles pourraient nous réserver quelques surprises car autrefois, la place abritait l'ancien musée des Beaux-Arts. Puis un nouveau projet sera présenté, il y aura des commerces et le projet d'un cinéma de centre-ville est toujours d'actualité. "

Xavier Le Coutour estime cet argument falacieux. Pour lui, les tilleuls n'étaient pas malades : "Nous avons fait des prélèvements. Ils étaient sains."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement polémique société nature économie urbanisme aménagement du territoire région normandie politique