En cette rentrée, les collèges normands mettent l'accent sur les outils numériques

Plus de formation au numérique pour les élèves ! C'est la consigne véhiculée par la circulaire de rentrée 2020 de l'Education nationale. Dans les collèges normands, qui ont observé d'importantes inégalités pendant le confinement, les élèves sont encouragés à développer leur connaissance des outils. 

Les outils numériques, alliés indispensables des élèves pendant le confinement, continuent d'être encouragés par l'Education nationale en cette rentrée 2020.
Les outils numériques, alliés indispensables des élèves pendant le confinement, continuent d'être encouragés par l'Education nationale en cette rentrée 2020. © ALH FTV
Les leçons du confinement ont été apprises. Contraints de renoncer aux cours en présentiel pendant la crise sanitaire, les professeurs ont dû s’organiser rapidement pour poursuivre leurs cours à distance. Leur seule alternative : les outils numériques. Alors en cette rentrée 2020, l'Education nationale insiste sur l'importance de poursuivre les efforts développés sur le numérique

Pour cela, les professeurs peuvent notamment s'appuyer sur la circulaire de rentrée ou encore sur des tutoriels réalisés par la DRANE (Délégation régionale académique au numérique) particulièrement prolifique pendant le confinement.
 

Lutter contre les inégalités entre les élèves

Force est de constater que la période de crise sanitaire a été révélatrice d’inégalités importantes entre les élèves, rapporte Hugues Broustail, principal du collège Dunois à Caen.

"Tous ceux qui ont été parents pendant la crise sanitaire se sont aperçus du niveau très inégal des élèves sur le numérique. Les ressources étaient prêtes, mais ce qui a posé problème à certains c’est de savoir comment y accéder."

Cette expérience a été une vraie épreuve technique pour certains professeurs qui ont dû développer avec leurs élèves une autre forme d’interaction, avec la charge mentale qui va avec, loin d’être évidente.

Hugues Broustail, principal du collège Dunois à Caen


Au collège Dunois, les cours de technologie sont, cette année, en partie consacrés à appréhender les deux outils principaux. Le cahier de texte électronique Pronote, et l'ENT (Espace numérique de travail) qui a vocation à mettre des ressources en ligne pour les élèves et leurs parents.

Pour les volontaires, le collège propose des activités pour approfondir leurs connaissances numériques. Ces ateliers se déroulent hors temps scolaire, à l'heure de midi.

Malgré les consignes nationales, chaque collège doit se confronter aux réalités du terrain, avec des difficultés plus ou moins importantes en interne. 

Il y a des établissements où les référents au numérique sont plus ou moins actifs. Sans compter que nous n'avons pas tous les mêmes moyens.

Emmanuel Lecoutour, référent aux usages pédagogiques et numériques au collège Letot de Bayeux

La méthode ludique préférée pour initier les élèves au numérique

Le collège Letot a mis en place un certain nombre de tutoriels et de vidéos à disposition des élèves pendant le confinement. Ces habitudes ont été conservées en ce début d'année scolaire. Les professeurs sont tenus de remplir le cahier de texte électronique et d'inviter au maximum les collégiens à s'y rendre. 

"On a mis le paquet sur les 6e ! A la rentrée, nous avons pris une heure pour leur apprendre à se connecter sur les outils. Ils sont invités à se rendre une fois par semaine en salle informatique pour consulter leur portail. Ils doivent aussi rendre régulièrement des travaux à la maison, ce qui les oblige à s'identifier", détaille Emmanuel Lecoutour

Mais pour intéresser ces chères têtes blondes, il faut redoubler d'originalité. Alors le référent numérique du collège Letot utilise des méthodes ludiques. "Par exemple, nous mettons les élèves à contribution pour la sonnerie du collège. On les invite à participer à un vote directement sur le portail numérique. Comme ça, ils prennent l'habitude de se connecter !"

Car si l'on considère que la génération Z - les personnées nées après les années 2000 - sont à l'aise avec les appareils électroniques, ils ne ressentent pas forcément le besoin de sortir de leur zone de confort, estime Emmanuel Lecoutour. 

"Ils sont meilleurs que leurs aînés sur les choses qu’ils connaissent : les réseaux sociaux, les transferts en mp3 etc. Mais par exemple, le clavier n'est pas maîtrisé, notamment les raccourcis claviers, car ils n'ont pas besoin d'en faire sur leurs écrans de téléphone portable ou tablettes."

Une constatation qui tord le cou aux idées reçues !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : école à la maison santé société déconfinement éducation