Le cidre s'exporte aux Etats-Unis, mais ses racines sont-elles normandes ?

Le cidre, boisson traditionnelle en Normandie se veut aujourd'hui une boisson tendance. Ce dépoussiérage incite même ses défenseurs à lui consacrer un salon international:  c'est la première édition de CidrExpo à Caen qui ouvre ses portes au public ce samedi. L'occasion de casser quelques clichés.

cidre fermier bouché
cidre fermier bouché © C Dubrulle

Le cidre se décline sous des formes très différentes : au houblon, à la pêche bio, artisanal ou industriel…la boisson se veut tendance, elle est d’ailleurs très appréciée outre-Atlantique par les jeunes et le public féminin.


Aux Etats-Unis, 80% des consommateurs de cidre ont moins de 40 ans, et la moitié des femmes l’apprécient. Il se boit « on the rocks », avec des glaçons l’été, n'en déplaise aux puristes.

A l'origine était... la pomme

La vente de cidre représente 17 milliards de dollars, un marché a-priori conséquent, mais relativisons tout de même: cette boisson à base de pomme fermentée représente 1% des boissons alcoolisées vendues sur le plan international.
vergers de pommes
vergers de pommes © Jill Wellington/ pixabay

Le nombre de producteurs de cidre américain explose pour répondre à une autre tendance, celle des locavores, mais les pommes acides, celles riches en tanin, sont une tradition spécifiquement française, certains penseraient même "normande"...

Et c'est là que les mythes autour de cette boisson fermentée tombent.

Et l'histoire rétablit la vérité sur le cidre 

D'aucuns imaginent que le cidre, c'est une histoire de derby fruitier entre Normands et Bretons...

Si la boisson existait bien dès le IVe siècle, ce n'était pas une exclusivité normande. Selon Marie casset, médiéviste qui s'est penchée sur les origines de cette boisson fermentée: 

Les origines du cidre sont ... de partout!

"On trouvait trace du "vinum malum" ou vin de pomme en Angleterre, au Nord-Ouest de l'Espagne et en Normandie" précise-t-elle encore.
L'historienne anime des conférences sur le salon CidrExpo.

Les basques, plus gros producteurs de cidre

Dès le IXe siècle, les plus gros producteurs sont... Basques.
"On y trouve des vergers de 2000 pommiers dans les grandes Abbayes ou dans les domaines comme celui du seigneur d'Espelette" explique l'historienne. Mais le cidre est aussi produit et commercialisé par le pays d'Auge et le Bessin, ainsi que par le pays d'Oth (ancienne région de Troyes). 
le cidre était bu pour se punir au XIe siècle
le cidre était bu pour se punir au XIe siècle © C Dubrulle


Le cidre, boisson fort peu appréciée au Moyen-Âge

"N'oublions pas que dans toute l'Europe de l'Ouest, le vin était la boisson préférée des habitants, le cidre était bu par les ermites pour se mortifier!" explique Marie Casset. 

Elle précise :"vers 1100, un moine de Saint Benoit sur Loire séjournant à Caen écrit à ses frères dans une lettre que dans une auberge, on lui a servi une boisson qu'il a détestée.
"J'ai demandé au serveur s'il voulait m'empoisonner!"". 

Changement du climat au XVe siècle

Puis les vignes gèlent au XVe siècle, les pressoirs à raisins sont alors utilisés pour écraser les pommes et en extraire le jus, comme à Laval.

A Rennes en 1490 sont plantés 190 pommiers pour fabriquer du cidre. 

Deux normands, Gilles de Gouberville et de Julien le Paulmier, décrivent longuement les vertus de cette boisson qui serait "nourrissante, qui soulagerait les femmes qui ont vécu un accouchement difficile et qui favoriserait la montée de lait".

Le jus de pommes fermenté reste néanmoins déconsidéré et il faut attendre une révolution, celle du cidre bouché pour voir son statut évoluer. 

Une nouvelle ère : le cidre bouché 

© S Lemaire/ francetélévisions

Pour Marie Casset, "l'utilisation de bouteilles au verre très épais, inventé par les Anglais, a permis la commercialisation d'un cidre clair, mousseux, pétillant, transparent qui passe de la table des serviteurs, des paysans et des ouvriers, à celle des maîtres." 
©  Mandy Fontana/ pixabay


Il faudra encore de longues années de sélections de pommes et de greffes pour en arriver aux cidres que l'on connaît aujourd'hui. Et que certains producteurs normands aimeraient trouver plus souvent dans les caves et sur les grandes tables de restaurateurs réputés. 

Dernier détail historique : le poiré obtenu par fermentation du jus de poire est aussi vieux que son cousin à base de pommes.
Quant à savoir si le cidre est d'origine bretonne ou normande, la question est délicate...

Marie Casset précise que d'un point de vue purement linguistique, le terme utilisé pour qualifier le cidre est moins ancien côté breton (XIe s) que côté normand ("vinum malum" IVe s). 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie alcool société histoire culture événements sorties et loisirs