Cinéma : coup de coeur pour la caennaise Nina Meurisse, impressionnante dans le rôle de Camille Lepage

Nina Meurisse dans le rôle de Camille Lepage, en salle à partir du 16 octobre / © Pyramide Distribution
Nina Meurisse dans le rôle de Camille Lepage, en salle à partir du 16 octobre / © Pyramide Distribution

C'est LA révélation du film "Camille", qui retrace la destinée tragique de la photo journaliste, tuée en 2014 en Centre-Afrique. Dans les salles mercredi prochain, ce film fera sans doute basculer sa carrière, tant la caennaise est bouleversante de justesse. Portrait.

Par Pauline Latrouitte

"Ce film a bouleversé ma vie" confie Nina Meurisse, visiblement très émue, lorsqu'elle reçoit en août le prix d'interprétation féminine, au Festival d'Angoulême.

Après 20 ans de carrière, l'actrice caennaise tient là le grand rôle de sa vie. Celui qui peut faire tout basculer.

Dommage qu'elle ne puisse pas concourir dans la catégorie "révélation" aux Césars*, car on a rarement vu cette année, dans le cinéma français, un personnage aussi fort, incarné avec une telle sincérité.

* elle aurait pu être nommée deux fois pour d'autres films, ce qui la disqualifie. 

Rencontre signée Pauline Latrouitte et Gwenaëlle Louis
 

"Camille" raconte qui était Camille Lepage. Le réalisateur, Boris Lojkine, s'intéresse beaucoup plus à la vie de cette photographe humaniste, qu'à sa fin tragique, traitée avec beaucoup de respect.

On la suit pendant ses nombreux mois en Centre-Afrique, un pays écartelé en 2013 par une guerre civile. Pendant une heure et demie, le visage de Nina Meurisse va exprimer toute une palette de sentiments. D'abord la curiosité, la joie, puis le courage et le désarroi.

Après la projection, on pense encore longtemps à ce personnage, sorte d'héroïne des temps modernes, qui nous frappe par sa générosité et son humanisme.
 
© Pyramide Distribution
© Pyramide Distribution


Boris Lojkine :

La peur de trahir Camille m'a souvent obsédé


Tout la réussite du film tient à cette approche réaliste quasi-documentaire. L'équipe n'a pas triché. Malgré les risques, le tournage a eu lieu dans ce pays encore chaotique, la Centre-Afrique, et non au Cameroun voisin : 

 "Cela n'aurait eu aucun sens. Je ne voulais pas que la Centrafrique dans le film soit un simple décor où évolue notre héroïne française, sans qu’on s’intéresse à ce qui s’y passe. J’aurais trahi Camille Lepage qui a consacré sa vie à faire connaître ce pays", explique Boris Lojkine

Le réalisateur a pris soin d'intégrer dans son équipe des centrafricains, qu'il a formés grâce aux Ateliers Varan, à Paris et l’Alliance française à Banghi.
 
 
Nina Meurisse s’est énormément préparée pour le rôle. Elle a beaucoup lu sur Camille, sur la Centrafrique, sur le métier de photojournaliste. / © Pyramide Distribution
Nina Meurisse s’est énormément préparée pour le rôle. Elle a beaucoup lu sur Camille, sur la Centrafrique, sur le métier de photojournaliste. / © Pyramide Distribution


Boris Lojkine :

Ce qu’elle a fait, peu de comédiennes auraient pu le faire


Cette vérité se lit aussi dans les gestes, les expressions et le visage de Nina Meurisse. Et au delà de la ressemblance physique, il n'y a pas de secret, l'actrice a beaucoup travaillé.

Le réalisateur a mené sa propre enquête auprès des proches de Camille Lepage pour fournir à Nina Meurisse beaucoup de détails. "On a même refait faire ses bagues."
 
Boris Lojkine : "On ne peut pas s’emparer de la vie d’une personne récemment décédée et en faire n’importe quoi" / © Pyramide distribution
Boris Lojkine : "On ne peut pas s’emparer de la vie d’une personne récemment décédée et en faire n’importe quoi" / © Pyramide distribution


Maryvonne Lepage , la mère de Camille :

A certains moments, je vois vraiment ma fille


L'actrice a pris des cours et a suivi pendant trois mois des photographes de l'AFP. Sur le tournage, elle s'est beaucoup appuyée sur les conseils et le regard de Mickael Zumstein qui a connu Camille Lepage et se trouvait à Bangui en décembre 2013.

"Nous savions quelles focales elle utilisait. Et dans mon appareil, je pouvais voir très précisement ce qu'elle voyait, elle. Je pouvais comprendre ce qu’elle cherchait et voulait raconter".

Déjà lors des essais, Nina avait enfilé le costume de la photographe pour être crédible. Le réalisateur ne cache pas qu'il a vu toutes les actrices de sa génération. Un an plus tard, Nina reçoit un coup de fil "Il faut que je te vois".
 
Camille Lepage Picture à Damara, près de Bangui, en février 2014 / © FRED DUFOUR / AFP
Camille Lepage Picture à Damara, près de Bangui, en février 2014 / © FRED DUFOUR / AFP


Boris Lojkine :

Nina avait les épaules et la lumière
 

Nina Meurisse, Boris Lojkine et Mayvonne Lepage au festival d'Angoulême / © Yohan BONNET / AFP
Nina Meurisse, Boris Lojkine et Mayvonne Lepage au festival d'Angoulême / © Yohan BONNET / AFP
 

Nina Meurisse, une coureuse de fond, endurante depuis 20 ans.


A 10 ans déjà, la petite Nina devient Lucie et donne la réplique à Isabelle Huppert dans le film Saint-Cyr, tourné à Caen. Cette aventure lui donne des ailes, et elle s'envole jusqu'au tapis rouge de Cannes, où le film est sélectionné en 2000.

Nina Meurisse :


Ce qui m'a plu, c'était tout le collectif autour de ce film, le jeu est venu ensuite
Son bac en poche, Nina part à Paris, tourne avec Agnès Jaoui dans "Au bout du conte" et "Place publique". Frédéric Mermoud, en fait sa "complice", dans le film du nême nom, un polar avec Emmanuelle Devos.
 
Nina Meurisse et Agnès Jaoui dans place publique / © Copyright Tiberius Film Guy Ferrandis - SBS Films
Nina Meurisse et Agnès Jaoui dans place publique / © Copyright Tiberius Film Guy Ferrandis - SBS Films

Dans la série "Glacé" avec Charles Berling , elle incarne une psy pour faire tomber le terrifiant Pascal Gréggory. Elle retrouve la Normandie, avec "Une Vie" de Stéphane Brizé, adapté de Maupassant.

 
Nina Meurisse dans "une vie" de Stéphane Brizé / © TS Productions (photographe : Michaël Crotto)
Nina Meurisse dans "une vie" de Stéphane Brizé / © TS Productions (photographe : Michaël Crotto)

De beaux seconds rôles, mais cette fois, çà y est c'est la bonne. Son charisme et sa lumière rayonnent dans Camille.

Il suffit d'aller la voir pour être ébloui.
 

Où voir Nina Meurisse ?

Au cinéma à Caen : 
Nina Meurisse revient à Caen le 21 octobre au cinéma Lux pour une projection suivie d'une rencontre à 20H45. 

Au théâtre à Rouen : 
L'actrice joue dans "l'Absence de père", mis en scène par Lorraine de Sagazan, librement adapté de la pièce Platonov d’Anton Tchekhov.
mercredi 16, jeudi 17 et vendredi 18 octobre à 20h
samedi 19 octobre à 18h

"l'Absence de père" à la Scène nationale Tangram à Evreux : 
Le 10 mars à 20H

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus