• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Pour Courbis, Malherbe doit jouer Bordeaux “comme un match retour après avoir perdu le match aller 1-0”

Le Stade Malherbe de Caen reçoit ce vendredi Bordeaux à d'Ornano pour l'ultime journée de la saison régulière. Les Normands se doivent de faire "un gros match" pour se sauver, y compris pour atteindre les barrages.

Par Christophe Meunier

"Si on gagne et qu'on ne joue pas les barrages, on sera les plus heureux. Mais je n'y crois pas trop." Lancé sur une belle dynamique ces dernières journées, le Stade Malherbe s'est pris un mur samedi à Lyon avec un sévère 4-0, même si le coach Courbis estime que "on ne peut pas oublier la première mi-temps" et que Caen "aurait dû mener 1-0" à la pause s'il n'avait pas manqué "un petit quelque chose". Seule consolation :" on a au moins réussi à ne pas avoir de cartons jaunes. Si au nombre de blessures et de ptits bobos, on rajoute les supensions, là ça faisait beaucoup, voire trop."

On a un petit peu triché dans la présentation des choses


De tout façon, Caen n'a pas perdu à Lyon. Grâce à un tour de passe-passe psychologique dont le coach chevronné a le secret. "On s'est dit qu'on avait perdu contre Nice et gagné à Lyon. Puis on s'est dit: vivement le prochain match  et après, je plains celui qui jouera contre nous aux barrages ! Donc voilà, on a un petit peu triché dans la présentation des choses mais on n'a pas triché au niveau des points." Oublier le négatif donc, qui à tordre quelque peu la réalité, mais sans pour autant se voiler la face. Car le maintien sans barrage, Roland Courbis "n'y croit pas trop."

Là où on a vraiment réussi, c'est de redonner l'espoir aux supporters


Le coach préfère d'ailleurs parler de remonter en ligue 1. "Il y a un mois et demi, on était déjà en ligue 2 et des supporters scandaient : on est en D2. On a réussi, sans se décourager, à quand même avoir l'espoir de ne pas être en ligue 2. On s'est servi du slogan des supporters : on va considérer qu'on y est, en ligue 2, et qu'on a cinq ou six matchs pour monter. Comme ça, on est dans le même état d'esprit que Lens et Troyes. On se met dans la même situation qu'eux en ayant l'avantage de recevoir le 2e match à domicile. Car là où on a vraiment réussi, c'est de redonner l'espoir aux supporters et au public. Les derniers matchs, on les a gagnés en partie grâce à eux."

De bonnes solutions, il n'y en a pas


Et vendredi, à domicile, le Stade Malherbe pourra compter sur son public face à Bordeaux. "Mon souci numéro un c'est d'arriver à faire passer ce message aux joueurs : il faut faire un gros match contre Bordeaux comme si on jouait la qualification sur un match retour après avoir perdu l'aller 1-0. De bonnes solutions, il n'y en a pas. La moins mauvaise, ça me semble être celle-là." 

Sur le même sujet

Bruno fait son cinéma du 22.05

Les + Lus