Les archives de Bernard Pivot sont entrées à l'IMEC, le panthéon littéraire, près de Caen

Désormais à la retraite, le journaliste et ancien président de l'académie Goncourt a choisi de confier ses écrits à l'Imec*, qui possède déjà les trésors littéraires d'une pléiade d'auteurs aussi prestigieux qu'Irène Némirovsky, Marguerite Duras ou encore Samuel Beckett.

Bernard Pivot en 1987 à l'époque d'Apostrophes. Ses archives sont conservées à l'Imec près de Caen
Bernard Pivot en 1987 à l'époque d'Apostrophes. Ses archives sont conservées à l'Imec près de Caen © GEORGES BENDRIHEM / AFP

Bernard Pivot a fait rentrer la littérature par la petite lucarne pour la faire rayonner auprès des français. Les livres lui doivent beaucoup et il n'a cessé de jouer les passeurs d'histoires pour nourrir le débat d'idées. C'est ça qui comptait.

Je crois qu'il y a beaucoup plus d'idées dans les livres que sur les écrans et la télévision. Et que ces idées, il faut aller les chercher

Bernard Pivot en 1975

L'Institut mémoires de l'édition contemporaine (IMEC), situé à l'abbaye d'Ardenne à Saint-Germain-la Blanche-Herbe, a reçu un cadeau peu commun d'un homme de télévision qui nous a incité pendant des décennies à éteindre les écrans pour nous donner le goût de l'écrit. Ses archives racontent seize années d'histoires littéraires de 1975 à 2001.

C'est l'époque d'Apostrophes où l'on voit Marcello Mastroianni fumer, du Bouillon de Culture et de son fameux questionnaire de Proust à la fin de chaque émission. 

Au total, l'équipe de l'Imec a reçu 24 cartons, remplis de photos, d'articles de presse, de transcriptions d'entretiens, de la correspondance générale avec les éditeurs et les auteurs, les textes de préparation de chaque émission, tous minutieusement conservés par sa fidèle collaboratrice Anne-Marie Bourgnon.

Parmi les pépites figure sa note d'intention tapée à la machine pour, je cite, un "Projet pour un magazine d'actualité lié aux livres intitulé Apostrophes et diffusé en direct sur la deuxième chaîne couleur". 

 

Le concept d'Apostrophes, écrit avant sa diffusion en 1975
Le concept d'Apostrophes, écrit avant sa diffusion en 1975 © DR

Bernard Pivot n'a qu'une ambition en tête "Ce que le Grand échiquier (...) a réussi, à savoir se faire regarder à la fois par le grand public et par les intellectuels, Apostrophes devra également le tenter".

Bernard Pivot a joué un rôle important dans la vie du livre. C'est pourquoi nous considérons que sa place peut figurer parmi celle des auteurs. Le passage dans ses émissions, qui réunissait entre 3 et 5 millions de téléspectateurs, propulsait la vente des livres le lendemain. Cela ne s'est jamais vu avant et cela ne s'est jamais vu après.

Albert Dichy, directeur littéraire à l'Imec

 

Archives de Bernard Pivot confiées à L' Imec, près de Caen

Même les ombres à ce tableau élogieux se trouvent dans les cartons. Bernard Pivot a confié aux archivistes les articles de presse, relatant les polémiques notamment avec Régis Debray ou Jean-Edern Hallier. 

L'équipe de l'Imec doit désormais tout trier et classer pour les rendre disponibles aux chercheurs, étudiants, documentaristes, historiens et tous ceux qui en feront la demande d'ici quelques mois.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature culture livres médias économie