"Il ne reste plus rien !" : Les chocolateries du Calvados dévalisées à Pâques, bonne nouvelle après une année difficile

Qui dit lundi de Pâques dit fritures en chocolat ! Fermées pendant le premier confinement, les chocolateries sont bel et bien ouvertes cette année. Dans le Calvados certains artisans chocolatiers ont même décidé de fermer plus tôt, toutes leurs compositions ayant été vendues !

Une création d'un artisan chocolatier normand (archives)
Une création d'un artisan chocolatier normand (archives) © France Télévisons

Les lundis de Pâques se suivent mais ne se ressemblent pas ! Au printemps 2020, en raison du premier confinement, les chocolateries étaient fermées. Certains, comme l'artisan chocolatier Alban Guilmet sur le boulevard Yves Guillou à Caen, n'avaient même pas eu le temps d'achever l'assemblage et le montage de leurs productions.

Pour parvenir à vendre ce qu'ils avaient tout de même réussi à confectionner, ils avaient mis en place un système de livraison et de click and collect

"Au moment du confinement, on n'avait même pas fini la production ! On a vendu ce qu'on avait, mais il nous manquait toutes nos  productions en chocolat blanc et en chocolat blond, qui demandent plus de préparation."

Cette année, les confections de Pâques et autres oeufs en chocolat se sont arrachés dans la chocolaterie. Comme ces petits ours à croquer en chocolat noir.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alban Guilmet (@albanguilmetofficiel)

On a fait un super Pâques cette année. Notre stock est supérieur d'au moins 15% par rapport à l'année dernière et tout est parti !

Alban Guilmet, artisan chocolatier à Caen

Toutes les confiseries parties pour ce lundi de Pâques, la chocolaterie n'a pas eu d'autre choix que de fermer boutique. 

Proximité et qualité plébiscitées par les clients

Ce succès n'est pas surprenant puisque les chocolateries ont cette année eu le droit de rester ouvertes ce qui n'avait pas été le cas l'année dernière. Cependant, l'artisan chocolatier Alban Guilmet reconnait que la clientèle a fait le choix de soutenir leurs commerces de proximité cette année. 

On a attiré une nouvelle clientèle cette année. Les gens ont acheté local, ils sont plus sensibles au travail artisanal. Notre chocolat est un peu plus cher mais ils ont pris conscience que derrière cela, il y a de petites mains qui sont au travail. Il n'y a pas beaucoup de points positifs dans la Covid, mais celui de la proximité en fait partie.

Alban Guilmet, artisan chocolatier à Caen

 

Même constat du côté de Bayeux, à la chocolaterie-patisserie Olivier Deschamps. Le responsable du magasin, David Letavernier, a été surpris par la rapidité avec laquelle les clients se sont précipités sur les gourmandises. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Olivier Deschamps (@chocolatier_deschamps)

"Les gens ont attendu l’allocution présidentielle pour savoir s’ils avaient le droit de se réunir ou non.  Jusqu'à mercredi nous avions peu de commandes et puis en deux, trois jours, on a tout vendu. Les clients ont tout acheté au dernier moment, c'était assez dingue", se réjouit-il. 

Une bonne nouvelle car l'année 2020 n'a pas été facile pour les chocolatiers.

"On a deux rendez-vous chaque année : Pâques et Noël." Deux rendez-vous en partie manqués en raison du confinement au printemps 2020 et des rassemblements limités lors des fêtes de fin d'année. 

Avec l'annonce d'un nouveau confinement, les craintes sont de nouveau à l'ordre du jour. 

Ces confinements à rallonge nous inquiètent un peu, on ne fanfaronne pas car on ne sait pas ce qui nous attend.

David Letavernier, responsable du magasin à la chocolaterie Olivier Deschamps à Bayeux

Comme pour le réveillon de Noël, l'exécutif a accordé une "tolérance" pour ce week-end pascal. Elle devait en théorie permettre de choisir son lieu de confinement pour quatre semaines, mais elle a visiblement permis également à certains de se réunir en famille pour permettre aux enfants de chasser les oeufs de Pâques. "Quand on voit le nombre de commandes qu'on a reçues, je ne serai pas surpris que les gens se soient réunis en famille pour fêter Pâques", sourit le chocolatier Alban Guilmet. Le gouvernement s'en doutait et dans ses recommandations officielles, il avait conseillé de chasser les oeufs à l'extérieur et en petit comité !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fêtes locales événements sorties et loisirs économie covid-19 santé société