Impressionnante déconstruction d'un atelier historique de PSA Caen, pour mieux produire

© France 3 Normandie
© France 3 Normandie

45 ans que le batiment était visible depuis le périphérique Caennais. L'usine PSA de Cormelles-le-Royal est en pleine déconstruction. En tout cas l'un des bâtiments, de 60.000 M2. Explications.

Par David Frotté

Un morceau de patrimoine disparait, depuis la Toussaint. Après 45 ans de présence à Cormelles-le-Royal, près de Caen. Et visuellement, c’est marquant, impressionnant, de voir partir en miettes cet immense bâtiment 60 de 60.000 mètres carrés.

Les nostalgiques le regretteront peut-être.

Une direction rassurante


Moins d’activité ? Pas forcément. « On a même embauché encore cette année », affirme Thierry Guidevaux, le directeur de l’usine. « Près de 100 personnes sur les 3 dernières années. »
Il s’agit plutôt donc d’une réorganisation.

On a embauché près de 100 personnes sur les 3 dernières années
Thierry Guidevaux, directeur de l’usine


Les salariés ont pu avoir peur au départ. Fermer un bâtiment est rarement bon signe. « Nous avons énormément travaillé et communiqué pour leur expliquer les changements en cours. »

On voit des lignes qui arrivent, on voit des presses qui arrivent. On a beaucoup de gens qui reviennent, beaucoup de gens qui partent en formation.
Jean-François Lamare, moniteur


Clairement, le monde industriel a changé depuis 45 ans. Avec les nouvelles machines, produire prend moins de places.

La fabrication des châssis du constructeur automobile français se fait toujours sur place mais l'activité méritait une autre organisation, plus moderne et moins consommatrice d'espace.

 
Déconstruction d'un atelier historique PSA près de Caen
 

Produire plus, et moins cher


L’heure est à la rationalisation. Donc au déménagement de l’activité de ce bâtiment historique dans les 2 autres, plus récents, juste à côté.

Les lignes de production sont resserrées, les techniques plus performantes… Un gain de place, et donc d’argent. En tout, PSA pourrait produire jusqu'à 20% de plus. « avec des équipes en 4-8, pour travailler de jour comme de nuit, et même le week-end ».

Des équipes en 4-8, pour travailler de jour comme de nuit, et même le week-end


Et en plus d’économiser des taxes foncières, cette réorganisation permet une vente lucrative de 40 des 60 hectares du site, à la communauté d’agglomération Caen-la-Mer. Un site très bien situé, au bord du périphérique caennais.

Le groupe Carrefour supply chain (ex-Logidis), doit y implanter sa future plateforme logistique, avec 600 emplois annoncés.

Et puis, cela doit optimiser la production, avec moins d’aller-retours entre les bâtiments. « On va gagner de nouveaux marchés. »
Le coût total des investissements est de 65 millions d'euros..

Sur le même sujet

Les + Lus