"Je savais que je partirai mais je ne savais pas quand" : malgré le Covid, le volontariat européen profite aux Normands

La crise sanitaire du Covid-19 perturbe les voyages internationaux dans le monde entier. Mais certains jeunes ont l'occasion de partir hors de leur pays d'origine grâce au volontariat européen. En Normandie, une quarantaine d'étudiants vont profiter d'une expérience à l'étranger cette année encore.
Malgré la crise sanitaire du Coronavirus, Antoine Huguet va partir en Allemagne pour être volontaire dans un jardin d'élèves Montessori à Berlin durant un an.
Malgré la crise sanitaire du Coronavirus, Antoine Huguet va partir en Allemagne pour être volontaire dans un jardin d'élèves Montessori à Berlin durant un an. © France 3 Normandie
Antoine Huguet l'avoue : "le Covid-19 a un peu compliqué les volontariats cette année". Mais pas question pour le Normand de tirer un trait sur son envie de partir en volontariat à l'étranger pendant un an, synonyme de "transition".

"Avec la crise sanitaire, j'ai eu une petite angoisse. Il y avait moins de missions disponibles et moins de réponses. J'avais envie d'aller en Italie, en Espagne, en Grèce, pourquoi pas au Royaume-Uni. Mais finalement j'ai eu une réponse positive de l'Allemagne en septembre. Je savais que j'allais partir mais je ne savais pas quand" explique le Normand, qui posera finalement ses valises à Berlin mi-octobre. 

Sa mission de volontaire : "aider des enfants de 1 à 6 ans aux Jardins d'enfants Montessori. Ça va me permettre d'avoir une expérience semi-professionnelle en étant logé, avec un budget pour la nourriture, un budget pour les transports et un peu d'argent de poche chaque mois. Ça m'évite de repartir sur une année de fac ou de prendre un petit boulot qui ne me plaît pas". 

Un nombre de volontaires presque identique aux années précédentes

L'épidémie de coronavirus oblige, Antoine Huguet devra se plier à certaines obligations sanitaires pour traverser la frontière. Un test PCR en arrivant en Allemagne et s'il est testé positif, une quatorzaine à respecter. "Mais c'est un petit prix à payer pour un an sur place" assure le jeune Normand, heureux de pouvoir profiter de cette expérience dans le contexte actuel. 

C'est trop important pour moi

Maja Tanbouze, volontaire allemande en France


Si la France est un pays où le virus circule encore activement, cela n'a pas empêché Maja Tanbouze, Allemande originaire de Fribourg, de venir dans l'Hexagone. Elle sera volontaire au Centre régional information jeunesse de Caen durant quelques mois. "Je ne voulais pas laisser cette expérience de côté à cause du Covid, affirme la jeune femme. C'est trop important pour moi".  

Depuis la rentrée scolaire, 17 jeunes Normands sont partis à l'étranger en volontariat. "Vingt autres jeunes de la région partiront dans les prochaines semaines en Allemagne, en Pologne, en Hongrie, en Espagne ou encore Angleterre. A l'inverse, vingt-trois jeunes étrangers vont venir en Normandie, détaille Arnaud Crochard, réfèrent Europe et International au sein de la direction générale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale en Normandie. Malgré le Covid, le nombre de volontaires cette année n'est pas tellement inférieur aux années précédentes". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société allemagne international