Le député Christophe Blanchet déplore une crise du souvenir : "Combien sommes-nous aux cérémonies du 11 novembre ?"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pierre-Marie Puaud
La cérémonie du 11 novembre 2020 à Caen
La cérémonie du 11 novembre 2020 à Caen © France Télévisions

L'élu du Calvados (Modem) propose la tenue d'assises du devoir de mémoire et de l’engagement afin de redonner un souffle aux cérémonies du souvenir, sans quoi "demain, ceux qui resteront présents avec nous devant nos monuments se compteront sur les doigts de la main".

Le fait est incontestable : avec la disparition des anciens combattants des deux guerres mondiales, les cérémonies du souvenir ne sont plus guère fréquentées que par les officiels. Il y a quelques mois, le député centriste avait déjà cherché à attirer l'attention sur ce sujet qui lui tient à coeur dans un rapport d'information parlementaire rédigé avec son collègue Jean-François Parigi (LR, Seine-et-Marne).

Christophe Blanchet est revenu à la charge lors de la séance des questions au gouvernement du 26 octobre à l'Assemblée Nationale. Le député a interpellé Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées de France. "Combien sommes-nous, avec nos anciens combattants et nos portes drapeaux, aux cérémonies du 11 novembre ou à celles du 08 mai ?"

Cette désaffection serait selon lui un signe inquiétant d'une perte de repères collective : 

Combien de Français identifient ces jours comme des jours du respect, du souvenir, de la mémoire et de la transmission de nos valeurs aux plus jeunes plutôt que des jours fériés avec sa consommation de loisirs, de shopping, de grasses matinées ou de fêtes qui prévalent ?

Christophe Blanchet, député du Calvados (Modem)

 

Christophe Blanchet le constate lorsqu'il enfile son écharpe tricolore devant les monuments aux morts : les rangs sont clairsemés et "il faut attendre quelques drames (des attentats, la mort de nos soldats en Opex…) pour que les allées se remplissent, ponctuellement, à nouveau…"

L'élu suggère donc que soient organisées des "assises du devoir de mémoire et de l’engagement avec l’Education nationale, les associations combattantes, les maires, les militaires, les réservistes et tellement d’autres à mettre autour de la table."

Christophe Blanchet propose par exemple "qu’un de ces jours soit consacré dans tous les lieux scolaires à notre histoire mémorielle, au sens de l’engagement, avec l’intervention au sein de tous les établissements des associations militaires, des réservistes, et de rendre la participation obligatoire dans toutes les communes qui disposent de lieux scolaires, à la cérémonie de mémoire devant leurs monuments aux morts."

Le député est conscient que "tout ne peut se faire du jour au lendemain pour des questions de sécurité, d’habitudes prises, de pré-carré, de confort et de forte pédagogie à effectuer…" Il ajoute : "pour respecter ce devoir de mémoire, notre devoir est d’engager ces réflexions maintenant. Sinon, demain ceux qui resteront présents avec nous devant nos monuments se compteront sur les doigts de la main."

 

Christophe Blanchet porte plainte après des menaces de mort

Le député a publié sur les réseaux sociaux la copie d'une lettre qui lui était adressée. L'auteur, forcément anonyme, écrit : "je vais venir chez toi, je vais t'égorger..." La suite est à l'avenant.

"Si ces auteurs anonymes pensent m’éloigner par la peur de ma détermination à mener mon mandat de député au quotidien en cherchant à défendre l’intérêt général : ils se sont trompés de client!", écrit le député.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.