Ligue des champions : l'ancien Caennais N'Golo Kanté décroche la coupe aux grandes oreilles

Chelsea a remporté ce samedi soir sa deuxième ligue des champions face à Manchester City. Si Kai Havertz est l'auteur du seul but de la renocntre, l'homme du match est assurément N'Golo Kanté, révélé lors de son trop court passage au Stade Malherbe de Caen.

La joie de N'Golo Kanté et ses coéquipiers de Chelsea
La joie de N'Golo Kanté et ses coéquipiers de Chelsea © David Ramos / POOL / AFP

Un bonhomme incroyable et une histoire qui l'est tout autant. Longtemps refusé à cause de sa petite taille (1m69), N'Golo Kanté a explosé à la face du monde à l'âge de 23 ans, quand le Stade Malherbe le recrute en 2013. Huit ans plus tard, le voilà sur le toit de l'Europe après avoir déjà gravi le sommet du monde avec les Bleus. Si Kai Havertz a signé ce samedi soir l'unique but de la rencontre à Porto, c'est bel et bien l'international français qui a porté son équipe, Chelsea, au plus haut. Les "Caennais", club, anciens coéquipers et supporters, peu rancuniers et à jamais nostalgiques n'ont pas manqué de saluer la victoire de celui qui porta avec panache leurs couleurs.

A quelques semaines de l'Euro (11 juin - 11 juillet) avec l'équipe de France, Kanté a terminé un premier marathon: tranchant au milieu du terrain, souvent précieux lors des montées offensives des "Blues", il a été l'un des hommes de base de ce sacre tant attendu, le 2e de l'histoire de Chelsea, et de la superbe saison des Londoniens. Comme à son habitude, le champion du monde 2018, "chouchou" des Français très apprécié pour sa simplicité et sa timidité, était partout sur le terrain du stade du Dragon, samedi soir. A la fin, il a été élu "homme du match".

Du coeur et du souffle à revendre  

A la pause, il était déjà le joueur qui avait couru le plus, avec 6,16 kilomètres avalés et 24 courses à haute intensité cumulées en première période.  Au retour des vestiaires, il est revenu sur la pelouse avec une envie décuplée et une action défensive remarquable sur un coup franc menaçant des Mancuniens, pour donner le rythme à ses coéquipiers.

Avec l'international français, le rideau si imperméable des hommes de Thomas Tuchel n'a pas eu à s'inquiéter d'éventuelles infiltrations après la sortie sur blessure de Thiago Silva (touché aux adducteurs à la demi-heure de jeu), tant Kanté a multiplié les ballons chipés dans l'entrejeu.  L'illustration parfaite a été son tacle incisif sur Kevin de Bruyne à la 52e à l'approche de la surface d'Edouard Mendy, ou encore ce ballon chaud taclé devant sa surface dans les pieds de Riyad Mahrez dans les arrêts de jeu, sa grande spécialité.

Pas besoin de but pour être indispensable 

Même s'il n'a pas participé à la construction du but de Kai Havertz (42e), Kanté s'est tout de même fendu de quelques actions offensives qui auraient pu être cruciales: le petit milieu de terrain s'est notamment imposé dans les airs au deuxième poteau, entre deux défenseurs "citizens", en début de match (17e), mais il n'a pas cadré sa tête.  Quelques minutes auparavant (12e), il avait été servi dans la surface par Timo Werner, mais avait manqué son contrôle. Et juste avant la pause (37e), Kanté a gratté un ballon dans sa propre moitié de terrain pour s'offrir une folle chevauchée jusque dans la surface adverse, avant de décaler Havertz sur sa droite, qui a perdu le contrôle du ballon. Kanté boucle donc la saison sans avoir trouvé une seule fois le chemin des filets avec Chelsea... mais avec une sympathie et une présence indispensables.

"C'est incroyable. C'est le résultat de beaucoup d'efforts. Ca (son titre d'homme du match, NDLR), c'est secondaire. Le principal, c'est le travail de tout un groupe, c'est de la fierté, de la joie", a réagi Kanté sur RMC Sport samedi soir. Blessé à un adducteur mi-mai lors de l'avant-dernière journée du championnat anglais, il y a onze jours, Kanté n'avait pas participé à la défaite contre Aston Villa (2-1) dimanche en championnat, mais il a bien tenu son rang de titulaire samedi soir pour cette affiche immanquable.

"Avec lui, on a l'impression d'être 12 sur le terrain"

C'était l'une des rares absences du joueur né dans la paisible cité de Rueil-Malmaison -- il a manqué 10 matches cette saison, dont 4 seulement sur blessure --, dans le quartier des Géraniums, et qui peu à peu a gravi tous les échelons du continent pour s'offrir ce premier sacre européen. "Il est énorme. Je ne sais pas quoi dire, il est incroyable ce mec. Il court partout, il fait des différences, il crée des brèches... Avec lui, on a l'impression d'être 12 sur le terrain", l'a encensé Olivier Giroud sur RMC Sport. Flamboyant quand le niveau monte, Kanté avait déjà été brillant en demi-finales, élu deux fois homme du match à l'aller et au retour face au Real Madrid. 

"Il ne s'économise pas, mais ce n'est pas un robot non plus. Même quand le résultat de son équipe est quasiment assuré, ça ne l'empêche pas de faire les mêmes efforts dans les dernières minutes. C'est NG, il est comme ça, je ne vais pas le changer", confiait Didier Deschamps en mars. Une nouvelle leçon d'envie et de football qui doit donner le sourire au sélectionneur des Bleus à quelques jours de l'ouverture de l'Euro: Kanté va continuer à se démultiplier pour aider les Bleus, après les "Blues", à aller chercher le titre à l'Euro.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport sm caen