Patrons de bars, de restaurants et de boites de nuit se rassemblent à Caen : "on veut vivre en travaillant"

Plusieurs centaines de professionnels ont répondu ce jeudi à l'appel de l'UMIH, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie. Le secteur, paralysé par les confinements demande à reprendre son activité dans les plus brefs délais.
Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l'appel de l'UMIH ce jeudi 3 décembre à Caen
Plusieurs centaines de personnes ont répondu à l'appel de l'UMIH ce jeudi 3 décembre à Caen © Thierry Cléon
"On savait que ça pouvait nous arriver mais au fond de nous même on ne voulait pas y croire." Pour Geoffrey Frémin, patron de bar à Caen, le second confinement a été "comme un coup de massue complet". Si ce professionnel estime que les dernières annonces du gouvernement en termes d'aides financières ont permis de "retrouver un peu le sourire", elles sont loin d'apaiser les angoisses de son secteur d'activité. Comme bon nombre de ses confrères, Geoffrey Frémin avait décidé de répondre ce jeudi après-midi à l'appel de l'Umih. "C'est hyper important déjà de se revoir. Il ne faut pas oublier qu'on est en confinement. On est tous un peu isolés.

Se revoir et se serrer les coudes. Ce jeudi après-midi, sur la place Saint-Sauveur, plusieurs d'entre eux ont témoigné de leurs grandes difficultés. "Dans les mois à venir, au début du printemps, ça va être l'hécatombe si on ne rouvre pas rapidement", prévient Yann France, président de l'organisation professionnelle dans le Calvados, "Il faut éviter aux entreprises de déposer le bilan et de mettre la clé sous la porte, éviter de mettre des centaines de salariés au chômage voire, dans les situations les plus extrêmes, d'éviter que des chefs d'entreprise mettent fin à leurs jours." Une de nos équipes a ainsi rencontré à Houlgate une hôtelière qui a songé à faire grève de la faim pour alerter sur sa situation. "Il y avait trop de chemin à parcourir et je me suis dit que le temps de le parcourir, je ne serais plus là."
 
durée de la vidéo: 02 min 01
Houlgate : témoignage d'une hôtelière en grande difficulté
Ce mercredi, la ministre du travail a annoncé que l'Etat allait prendre en charge le coût de dix jours de congés payés pour "les entreprises les plus lourdement impactées par la crise sanitaire". Parmi les secteurs visés par cette mesure figure l'hotellerie et la restauration. Si l'Umih s'est félicitée, avec quelques réserves, de cette annonce, elle a aussi insisté sur la nécessité de rouvrir au plus vite. Pour ce secteur, pas de reprise d'activité en vue avant la fin janvier. "Aujourd'hui, on ne veut pas survivre avec des aides mais vivre en travaillant", déclare Yann France, "Les aides, ça ne suffit pas."
durée de la vidéo: 02 min 03
Rassemblement à l'appel de l'Umih à Caen
Reportage de Thierry Cléon et Guillaume Le Gouic

La date de réouverture n'est pas le seul enjeu. A Caen, Geoffrey Frémin espère que "le vaccin arrive vite pour ouvrir dans des conditions optimums". Car la reprise d'activité après le premier confinement n'a pas été satisfaisante, selon lui. Il craint aujourd'hui une réouverture "assujettie à des protocoles (sanitaires) très forts" et estime que pourrait se poser "la question de savoir si ça en vaut vraiment la peine".



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social